dimanche 13 novembre 2016

Quarto n°114 : Etats d'urgence en psychanalyse

Editions Agalma - Octobre 2016




Éditorial

Corps parlants

Catherine Lazarus-Matet : Les paradoxes du corps parlant

Serge Cottet : Actualité du corps hystérique

Gérard Wajcman : Le miroir du stade. Lacan aux Jeux de Berlin

Les états d’urgence du corps

Miquel Bassols : Le corps parlant et ses états d’urgence

Marcus André Vieira : La voix, la résonance et la balle

Juan Fernando Perez : L’angoisse, le corps parlant et les urgences subjectives

Óscar Zack : L’urgence : un nouveau sophisme ?

Patricia Bosquin-Caroz : Après-coup

Christiane Alberti : Les états d’urgence

Question d’École

Christiane Alberti : Ce que peuvent les corps parlants

Jacqueline Dhéret : Dire, restituer

Pierre-Gilles Guéguen : Portrait de l’inconscient dans les cures de 2015

Aurélie Pfauwadel : La passe : un escabeau paradoxal

Du côté de la passe

Laurent Dupont : Un ado sur l’escabeau

Hélène Guilbaud : De la dépouille au Un-tout-seul

Jérôme Lecaux : La croix et la barrière

Michèle Elbaz : Grotesque

Enseignement de la passe : opacité et approches du réel

Esthela Solano Suárez : Opacité et approches du réel

Laurent Dupont : Au bord du vide

Véronique Voruz : « Le bon vieux Dieu »

Dominique Holvoet : Satisfaction et opacité en fin d’analyse

Danièle Lacadée Labro : Trous et bords


vendredi 4 novembre 2016

Patrick Martin-Mattera (dir.) : Incidences (inter) subjectives de la perversion

Erès - Septembre 2016 - Collection : Humus


La perversion se présente à la fois comme une transgression des limites de la loi (morale, juridique, symbolique) et comme un savoir étroit et précis sur la pulsion et la jouissance. Pour le sujet, ce savoir fait illusion de vérité et l’emprisonne dans une modalité sexuelle dont il ne peut ni ne souhaite se défaire. En raison de l’exclusivité du mode de jouissance, du caractère singulier de l’objet pervers et de l’impossibilité à se contenter de fantasmes, la satisfaction du sujet pervers passe nécessairement par une mise en actes.
L’agir pervers s’inscrit donc dans la réalité, ce qui en explique l’éventuelle dangerosité. Ainsi, la problématique de la perversion relève d’une réalité psychologique, psychopathologique, sociologique et politique, soulevant des questions liées aux fantasmes fondamentaux inconscients du meurtre et de l’inceste.
Fruit d’un travail collectif de plusieurs années qui a réuni des praticiens et chercheurs franco-brésiliens, cet ouvrage rassemble et présente les idées actuelles sur la psychologie de la perversion : théorisation de la structure perverse, incidences de la perversion dans le social et les relations interpersonnelles, esthétique de la perversion, place de l’acte dans la perversion « criminalisée ».

Patrick Martin-Mattera est psychanalyste, psychologue, professeur à l’université catholique de l’Ouest à Angers.

acheter ce livre

Dalila Arpin : Couples célèbres – Liaisons inconscientes

Navarin - Novembre 2016 - Le Champ freudien


Coup de projecteur sur quelques duos célèbres. Que nous enseigne leur histoire ? Dépareillés ou assortis, certains couples durent. D’autres, plus éphémères, peuvent marquer à vie.
À quoi tient le lien amoureux ? Faire couple semble parfois aller de soi. Souvent, c’est incertain, voire conflictuel. On nous promet l’amour idéal en un clic. Existerait-elle la formule du parfait accord?
Une lecture psychanalytique offre un éclairage inédit. Dalila Arpin relève, au-delà des apparences, ressorts insoupçonnés et attaches mystérieuses. Dynamiques tenaces, traces indélébiles, révélation soudaine, heureuse contingence… L’essentiel pour chaque partenaire agit à son insu. Quand chacun parle la langue de son inconscient, selon quelles logiques l’amour devient-il possible ?
Chemin faisant, ces parcours mythiques et toujours singuliers nous parlent, encore et encore, de ce qui tisse et délie les couples. 

Dalila Arpin est psychanalyste à Paris, membre de l’École de la Cause freudienne (ecf) et de l’Association mondiale de psychanalyse (amp). Originaire d’Argentine, elle codirige la revue Latigo (The lacanian transatlántica de investigación) et contribue à transmettre le vif de la psychanalyse, avec joie et légèreté de style.

acheter ce livre

jeudi 13 octobre 2016

Virginia Hasenbalg-Corabianu : De Pythagore à Lacan, une histoire non-officielle des mathématiques

Erès poche - Octobre 2016 - Psychanalyse - ALI


Sans être mathématicienne, l’auteure s’est donné comme objectif d’expliquer quelques notions de mathématiques aux psychanalystes en s’inspirant de la phrase de Joseph-Louis Lagrange : « Un mathématicien n’a pas parfaitement compris ses propres travaux tant qu’il ne les a pas clarifiés au point de pouvoir aller dans la rue les expliquer à la première personne venue ».

Autant les mathématiques que la psychanalyse ont affaire à une combinatoire rigoureusement établie de lettres. Le mathématicien en remplit les tableaux noirs. L’analyste lui, déchiffre un autre tableau noir, celui de l’inconscient, où les lettres se manifestent à travers les équivoques et les lapsus du langage. Ainsi, ce déchiffrage qui est l’interprétation libère les « lettres en souffrance » qui insistent à être reconnues par des symptômes divers et variés. L’auteure aborde les drôles de maths que Lacan a laissés en invoquant quelques héros de cette histoire (de Cuse, Desargues, Frege, Cantor, Gödel…), histoire des mathématiques mais aussi histoire de leur effet sur la subjectivité du découvreur et parfois sur la subjectivité de leur temps.

Virginia Hasenbalg-Corabianu est psychiatre, psychanalyste à Paris, membre de l'association lacanienne internationale (ALI).

acheter ce livre

mardi 26 juillet 2016

Patricia Gherovici : Lacan dans le ghetto. Psychanalyser le "syndrome portoricain"

Editions Le Bord de l'eau - Juillet 2016 - Psychanalyse, sciences sociales et politique


Patricia Gherovici, psychanalyste formée en Argentine, propose dans cet ouvrage de mettre en question les politiques d'exclusion pratiquées à l'encontre des minorités hispaniques aux Etats-Unis. La notion de "syndrome portoricain", datant de la guerre de Corée, permet de mettre en parallèle l'hystérie classique telle que Charcot et Freud la décrivent et la résistance des marginalisés aux idéologies postcoloniales. L'auteur fait ainsi partager son expérience de praticienne dans le ghetto hispanique de Philadelphie en de multiples tableaux. Lacan dans le ghetto relate une double transformation, celle de l'Amérique s'ouvrant à une minorité qui excède les divisions de race et de couleur et sera bientôt en position majoritaire, et celle de la psychanalyse forcée de se confronter à la pauvreté, au malaise social et aux retombées du colonialisme et des guerres impériales. C'est la psychanalyse elle-même qui se trouve réinventée dans le ghetto.

Patricia Gherovici exerce la psychanalyse à Philadelphie et à New York. Elle est aussi l'auteur de Please Select Your Gender : From the Invention of Hysteria to the Democratizing of Transgenderism (2010) et Psychoanalysis Needs a Sex Change : Lacanian Approaches to Sexual and Social Difference (2015).

acheter ce livre

vendredi 24 juin 2016

Eric Laurent : L'envers de la biopolitique. Une écriture pour la jouissance

Navarin - Mai 2016


La biopolitique asservit les corps à coups d’images et de slogans. Mais le corps échappe toujours aux identifications prêtes-à-porter. La jouissance le déborde, le surprend, le « traumatise ». La psychanalyse accueille ce corps, en tant qu’il parle de ce trauma.
Le dernier enseignement de Lacan, tel que Jacques-Alain Miller l’éclaire, aborde la jouissance à rebours des mirages de l’hédonisme. Dans l’expérience d’une analyse, on part du symptôme qui fait souffrir. On tend à le réduire par son sens, son histoire, sa logique. Il peut alors s’écrire autrement, produire des effets de création, artistiques ou non. Ainsi, Lacan lit Joyce, en conçoit une langue apte à loger la jouissance et en montre la logique.
Une fois situées l’impasse du conformisme et son ombre de ségrégation, reste à supporter le corps que l’on a et à faire valoir cet avoir premier qui surmonte l’être, ses sortilèges et les derniers prestiges du père.

acheter ce livre

jeudi 23 juin 2016

Jacques Press et Irène Nigolian (dirs.) : Corps parlant, corps parlé, corps muet. Voies nouvelles en psychosomatique

In Press - Juin 2016 -  Perspectives Psychosomatiques


Quel lien y a-t-il entre les maux somatiques et les mots "pour le dire" ? Cette question a, dès l'origine, préoccupé les analystes intéressés par la psychosomatique. Selon un premier point de vue, les mots "diraient" le contenu caché dans le symptôme somatique. C'est le cas du symptôme hystérique avec sa valeur symbolique. Certains vont plus loin, comme Joyce Mac Dougall, et affirment que le symptôme somatique exprime bien un conflit. D'autres, au contraire (les fondateurs de l'Ecole psychosomatique de Paris), ont dénié toute signification symbolique à la maladie somatique. Pour eux, le symptôme somatique est "bête", c'est-à-dire qu'il n'est pas l'expression signifiante d'un conflit psychique et qu'il est associé à une désorganisation du fonctionnement mental : ici, le corps symbolique est muet et la maladie somatique apparaît, sur ce fond de silence, comme un bruit dépourvu de sens. Cet ouvrage, en faisant dialoguer des auteurs de différentes approches, permet de sortir de l'antagonisme apparemment irréductible entre ces deux positions. Les auteurs défendent une position intéressante et médiane : selon eux, il existerait des formes proto-symboliques d'expression d'un corps d'avant le langage et tout le travail consisterait à favoriser leur déploiement. Ainsi, un corps apparemment muet pourrait tout à fait " apprendre " à parler. Dans cette perspective, le rôle de l'objet - de l'analyste, dans nos traitements - serait central pour permettre aux processus de transformation d'advenir.

acheter ce livre