lundi 14 octobre 2019

Paul-Laurent Assoun : Psychanalyse de l'hypocondrie. Le corps étranger

Economica - Octobre 2019 - Psychanalyse


Hypocondrie : ce mot ancien désigne la crainte ― maladive - de contracter des maladies. Le malade imaginaire vit dans un univers d'appréhension morbide, qui va de la préoccupation anxieuse à "l'inquiétude mortelle". Alors mime que l'imagerie médicale ne lui découvre aucune lésion, il souffle réellement en son corps. Aucun diagnostic médical ne le rassure pour de bon, le sujet hypocondriaque étant chroniquement défiant envers ses propres organes. Cet ouvrage s'emploie donc à dégager en trois temps cette maladie de l'imaginaire, moment de vérité du rapport du sujet à son corps propre qui se révèle foncièrement étranger. D'abord quant à la signification inconsciente de l'hypocondrie : l'examen précis de la théorie freudienne de l'hypocondrie montre qu'il y a bien des changements dans le corps, qui ne se comprennent que par recours au narcissisme et au " langage d'organe n, ce qui mène aux effets physiques de la pulsion de mort. Ensuite, sur le plan psychopathologique, le symptôme hypocondriaque s'avère un index majeur de la structure inconsciente. De la névrose d'angoisse, où la frustration pulsionnelle produit une macération interne, au moment hypocondriaque dans l'hystérie, la névrose obsessionnelle et la phobie. Surtout l'hypocondrie grave s'avère régulièrement l'élément précurseur de la psychose, de la paranoïa à la schizophrénie, de la mélancolie au syndrome de Cotard ― les "maladies factices" interrogeant la dimension de perversion. Enfin, c'est l'occasion de saisir le lien entre le corps organique, celui de la médecine et le corps pulsionnel. Cela requiert une lecture anthropologique, l'hypocondrie étant en quelque sorte une forme de "possession" au coeur de la modernité scientifique, ce qui permet d'entendre concrètement, avec les ressources de la théorie analytique, le propos de Lacan, que l'homme s'angoisse foncièrement de son corps.

Paul-Laurent ASSOUN, professeur émérite à l’Université Paris-7 Sorbonne Cité est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages. Cet ouvrage prolonge notamment Corps et symptôme. Leçons de psychanalyse (Economica, 4e éd., 2009).

acheter ce livre

samedi 12 octobre 2019

Topique n°146 - L'Art et le pouvoir - Tome 2

L'esprit du temps - Octobre 2019


"Le Pouvoir, émergent ou constitué, peut détruire l'Art lorsqu'il s'écarte de l'idéologie dominante. Les exemples ne manquent pas depuis les livres jetés au bucher dans l'Allemagne nazie, aux Bouddhas fracassés en Afghanistan, à Palmyre saccagée ... La destruction fanatique porte en elle la rage amère et envieuse qui décrète comme diabolique ce qu'elle ne peut dominer mais, même brisée, l'œuvre d'art demeure et renaît de ses éclats. Ces destructions, s'argumentant entre autres de la condamnation des joies impures, montrent cependant que l'art et la culture peuvent être jugés suffisamment dangereux et insupportables pour qu'il faille les détruire. Cet hommage involontaire rendu à la puissance des plaisirs sublimés pose la question de l'équilibre des forces en présence lorsque la haine fanatique s'oppose à l'émotion esthétique ou au pouvoir de la pensée. Combat renouvelé et interminable qui repose la question freudienne au sujet des chances pour que le développement culturel de l'espèce humaine réussisse à lui permettre de maîtriser la perturbation apportée à la vie en commun par l'humaine pulsion d'agression et d'auto-anéantissement. Interrogation que Freud en 1930 considérait comme décisive pour le destin de l'humanité.Au-delà de la question de la violence destructrice de l'œuvre d'art qui constitue l'acmé d'une crise, on s'est aussi interrogé en amont dans ce numéro de Topique sur les relations entre l'Art et le Pouvoir.Si l'art a en soi un pouvoir par l'émotion qu'engendre le Beau, il est tentant pour le Pouvoir en place de l'utiliser au profit de l'idéologie qu'il promeut. C'est pourquoi le même Pouvoir qui peut détruire certaines œuvres d'art ou empêcher leur production peut aussi enrégimenter l'art à son profit, l'inciter à exprimer un idéal précis comme par exemple la sculpture et l'architecture, parfois la peinture, chargées de démontrer la puissance du peuple et celle de l'État. En démocratie, c'est le mécénat qui va imposer des choix artistiques par le soutien apporté à tel artiste plutôt qu'à tel autre.Mais à l'inverse l'art peut aussi être « engagé » dans la lutte contre le pouvoir et rencontrer le politique par le biais des convictions personnelles de l'artiste qui vient ainsi apporter la force intrinsèque de son œuvre en soutenant des idées, un combat. Les chants patriotiques, les poèmes de la Résistance, vont mettre l'émotion esthétique au service d'un choix politique. Cette place complexe et parfois ambiguë de l'Art à l'égard du Pouvoir nous incite donc à réinterroger sur d'autres bases la question freudienne de la place salvatrice de la culture." Sophie de Mijolla-Mellor

acheter ce livre

jeudi 10 octobre 2019

Roland Chemama : La psychanalyse refoule-t-elle le politique ?

Erès - Octobre 2019 - Humus, le désir de l'analyste en acte


Les psychanalystes relèvent, depuis surtout deux ou trois décennies, que les mutations des discours sociaux ne sont pas sans effet sur la subjectivité individuelle. Ils ont plus de mal à penser, malgré quelques indications de Lacan, que "l'inconscient c'est la politique". L'inconscient, affirme-t-on généralement, c'est la présence en nous de l'infantile et du sexuel. Mais une telle définition ne nous ferait-elle pas manquer quelque chose ? Ne témoigne-t-elle pas d'une conception réductrice de l'objet de la psychanalyse, une conception qui interdit de voir, par exemple, la place centrale qu'a la question du pouvoir dans l'inconscient ? Pire, ne repose-t-elle pas sur un véritable refoulement ? Ce livre entreprend de lever ce refoulement. Loin de tout simplisme qui inciterait l'analyste à "prendre parti", l'auteur aborde de très nombreuses questions - du sujet à l'objet, du désir au fantasme, du plaisir à la jouissance - que la psychanalyse contemporaine pourrait avoir à élaborer autrement.

Roland Chemama est psychanalyste à Paris. Il a été président de l'Association lacanienne internationale et de la Fondation européenne pour la psychanalyse.

acheter ce livre

mercredi 9 octobre 2019

Cristina Lindenmeyer : Les embarras du féminin

PUF - Octobre 2019


Hélène est dans l'incompréhension totale d'elle-même après un cancer du sein. Adèle, hospitalisée en raison de son anorexie, évoque son refus de manger comme une sensation de toute-puissance face à sa vie. Aurore, une adepte des chirurgies esthétiques, cherche, depuis son enfance, une solution à son malaise. Mathilde, petite fille agénésique dotée d'une prothèse, affole son entourage par une hyperactivité et des passages à l'acte. Les quatre destins féminins présentés dans cet ouvrage rappellent combien la question de la sexualité féminine, irrésolue par Freud, garde toute sa pertinence et son actualité, même si l'évolution des moeurs donne souvent l'illusion que, maquillée par l'oeil de la culture, elle a changé et est désormais résolue. Or rien n'est plus questionnable en psychanalyse que l'idée de clarté pour qualifier la sexualité, féminine ou masculine.

Cristina Lindenmeyer est psychanalyste (APF), maître de conférences HDR à l'Université Paris 7 Diderot, Sorbonne Paris Cité et chercheuse associée au pôle de recherche "L'humain augmenté et Santé connecté" au CNRS.

acheter ce livre

mardi 8 octobre 2019

Michel Steiner (dir.) : Le joueur et sa passion

Velvet - Octobre 2019


Le jeu ne manque pas d'éclairage. Dans les revues et les livres spécialisés comme dans les lieux où il se pratique, il est en pleine lumière, alors que le joueur, lui, est à la lisière de l'obscurité, au bord de la table, de la nuit et parfois des larmes. Ce diable de joueur ! Les auteurs se sont décidés à déplacer la lampe : docteurs, psychiatres, psychanalystes, cela pouvait promettre des textes savants et comme tels impersonnels. Il n'en est rien. Le joueur c'est chacun d'entre nous dans son articulation intime au jeu. Ici, le joueur n'est pas le patient, cet autre compulsif et dépendant dont le thérapeute questionne le comportement "addictif". Ce dernier terme, très usité depuis le début des années 2000, prétend en désigner le pathos et fait entrer le jeu dans le champ médical. Mais le jeu est-il en soi une pathologie ? N'aurait-il pas plus à voir avec la poésie du hasard, le choc émotif du "bon coup", la révolte de l'être?

acheter ce livre

samedi 5 octobre 2019

Pascal-Henri Keller et Patrick Landman (dir.) : Ce que les psychanalystes apportent à la société

Erès - Octobre 2019


Initiative unique dans l'histoire de la psychanalyse française, cet ouvrage démontre la capacité des praticiens de cette discipline à surmonter leurs traditionnelles divisions pour mieux mettre en commun leurs expériences, leurs savoirs et leurs compétences au service de la société. Contrairement à ce que déclarent ses détracteurs, la psychanalyse, discipline reine en sciences humaines, irrigue toujours davantage la pensée contemporaine. Ses concepts, devenus de véritables outils de travail pour nombre de praticiens et de chercheurs, font désormais partie du langage courant. Les auteurs s'attachent à mieux décrire la portée de l'inédit freudien et les fondements scientifiques de la psychanalyse. Au milieu des avancées des sciences cognitives, des neurosciences ou de l'intelligence artificielle, ils font valoir leur spécificité et la place singulière ― fondée sur leur désir de s'engager toujours davantage dans une approche relationnelle de la vie psychique ― qu'ils occupent notamment dans les domaines de la santé mentale, de l'enfance et de la culture.

Pascal-Henri Keller est professeur émérite, université de Poitiers. ll est psychanalyste, membre de la SPP. Patrick Landman est psychiatre, pédopsychiatre, juriste, psychanalyste membre d'Espace analytique.

acheter ce livre

mardi 1 octobre 2019

Camilo Ramirez : Haine et pulsion de mort au XXIe siècle. Ce que la psychanalyse en dit

L'Harmattan - Septembre 2019


Fascination exercée par le fondamentalisme religieux, regain des replis nationalistes et identitaires : le retour de ces traits à l’époque contemporaine fait le lit de nouvelles manifestations violentes de la haine et de la pulsion de mort.
Suivant leurs logiques singulières, l’une comme l’autre donnent lieu à des phénomènes d’identification puissants et ségrégratifs.
L’une comme l’autre nous leurrent en faisant miroiter la restauration d’un monde disparu.

SOMMAIRE

Préface, par Guy Briole
  
Chapitre 1 : Haine et pulsion de mort, l’approche freudienne
Deux concepts inhérents à la psychanalyse
Une force constante
Seconde topique
Pulsions de vie et de mort : une dialectique serrée
Haine de la psychanalyse
La psychanalyse n’est pas un humanisme
Entre deux guerres
Homo homini lupus
Armature agressive du surmoi
  
Chapitre 2 : Psychologie collective et ségrégation
Irrésistible impétuosité
Petites différences, grandes haines
Identification et capture collective
Désidentification et désir de l’analyste
Distance entre l’Idéal et l’objet
  
Chapitre 3 : De la haine comme rejet de jouissance Il hait, il est
Il n’y a pas de souverain bien
Kant est de l’avis de Sade
Morsure signifiante et pulsion de mort
Haine extime
Jouissances mêlées
Corps haï
  
Chapitre 4 : De la haine comme effet de discours
L’Un identitaire
I. The killing fields
II. Génocide dans les Balkans
III. L’agriculteur hutu et l’éleveur tutsi
  
Chapitre 5 : De la postmodernité à l’hypermodernité : le nid des nostalgies
La Condition postmoderne
L’Ère du vide
Poussée de l’Un
Les Temps hypermodernes
Renouveau du religieux ou l’envers de l’hypermodernité
Éclatement du grand Autre
Le socle des nostalgies
L’identification au temps de l’Autre inconsistant
a > I
  
Chapitre 6 : Les triomphes de la religion
Une consolation puissante
Un avenir non-religieux ?
Religion et science : divergences entre Freud et Lacan
Le XXIe siècle est religieux
De la religion perdue au religieux partout
Mutation du religieux et globalisation
La sainte ignorance
  
Chapitre 7 : Radicalité de l’Un
Appels du large d’hier et d’aujourd’hui
Démultiplication du monde bipolaire
Nouvelles radicalisations
Affaissement du Nom-du-Père
Radicalisation et discontinuité
Nouveaux triomphes de la pulsion de mort
Une querelle de lectures
Zénith de l’objet et explosion des corps
Entre frères
L’Un absolu
  
Chapitre 8 : Un nouvel absolu
Une parole rare
Le paradis nous démange
Grand I ou petit a ?
Ce qui se noue
Temporalités du basculement
Ce qui se dénoue
Récits au féminin
  
Chapitre 9 : Le deuil du Un
Topologie de l’étranger
La nouvelle vieille Europe
L’Europe forteresse
Nouveaux populismes
Vents d’est sur l’Union européenne
Une politique orientée du réel


acheter ce livre