mercredi 5 novembre 2008

Le cas du psychanalyste - Lacan, Celan, Bachmann

Isabelle Mangou



Paru le: 23/10/2008
Editeur : L'Unebévue
20 euros

Ingeborg Bachmann, autrichienne, et Paul Celan, juif d'origine roumaine, se sont aimés, en poètes.
Dans l'écriture de Celan, poésie, plagiat et réemploi, en une traversée mortuaire, créent un idiome qui rend visibles les crimes, trahisons et polémiques. II donne accès à la parole. Dans le roman de Bachmann, Franza, inachevé et édité de manière posthume une femme de Carinthie, venue vivre à Vienne s'est laissé plagier par son mari / psy. II est appelé le fossile. En étant sa femme, sa malade et sa secrétaire, elle devient " son " Cas.
Elle montre comment la psychanalyse "en toute innocence", participe à un violent effacement des tueries si elle ne laisse pas les femmes dire leur propre point de disparition. C'est à elles d'écrire leur singulier chiffrage historique dans ce passage des frontières de la psychanalyse entre Vienne et Paris. Poésie, plagiat, idiome, chiffrage, crime, cas, autant de questions essentielles pour la psychanalyse, précisément dans son passage de l'Autriche à la France.
Avec celles-ci, Lacan a formé dans un point de disparition et d'érotique constants, ce qu'il a appelé : la lettre. Entrecroisement de langues, d'érotique, et de silence, le cas du psychanalyste passe.

Aucun commentaire: