jeudi 16 avril 2009

Extraits d'une oeuvre

Jacques Hassoun



Paru le : 16/03/2009
Editeur : L'Harmattan
Prix : 23,50 €

Jacques Hassoun, dans une délicate impudeur, n'a jamais cessé de se dévoiler dans ses élaborations théoriques.
A lire ses livres et articles, on ne peut qu'être sensible aux mouvements de sa pensée marquée par une infatigable reprise, à la lumière de la psychanalyse, de tout ce qui l'a constituée. Ses réflexions se sont nourries en permanence de la reprise dialectique de son histoire dans l'Histoire. Les termes d'auteur et d'acteur pourraient le qualifier. Auteur, il n'a jamais cessé d'écrire sa vie de sujet et de citoyen, sa vie d'homme sujet de l'inconscient et du politique.
De même, il n'a jamais cessé d'en être l'acteur - celui qui acte -, que ce soit dans le domaine social ou politique. Traversant la diversité des thèmes, émergent de l'écriture de J. Hassoun des mots récurrents - des signifiants - qui témoignent de ses préoccupations fondamentales. Pour n'en retenir que quelques-uns, citons: contrebandier, passage, langue, exil et passion. Les différents champs que J. Hassoun parcourt ne viennent pas simplement en illustration, appui ou référence.
Ils se croisent de manière à constituer des points de nouage pour élargir ou approfondir sa recherche et témoignent de la démarche intellectuelle d'un homme qui se laissait angoisser par le politique. Conformément au titre d'un de ses livres (Les contrebandiers de la mémoire), J. Hassoun apparaît lui-même comme un contrebandier. Contrebandier-braconnier, passeur d'invisible ou chasseur de leurres hors saison, c'est dans cet inconfort et cette non-conformité assumés qu'il trouvait raison à privilégier Eros plutôt que Thanatos, à poursuivre son travail et à en rendre compte.

Aucun commentaire: