mercredi 29 avril 2009

Pourquoi l'antisemitisme? Et si Freud s'etait trompé... Freud, la question paternelle et l'antisémitisme

Jean-Claude Stoloff



Paru le : 24/04/2009
Editeur : Pascal (Editions)
Prix : 17,50 €

La haine dont les juifs sont l'objet depuis des millénaires s'est trouvée dramatiquement confirmée au cours de notre époque moderne, censée pourtant avoir été marquée par les progrès de la civilisation et la victoire des Lumières.
Ainsi que Freud en avait eu l'intuition, seul un enracinement profond de l'antisémitisme dans l'inconscient des peuples est susceptible d'expliquer les résurgences et la constance d'une telle hostilité. Constance qui n'a d'égale que la survie du peuple juif et de la religion juive, en dépit des persécutions et des diverses tentatives de les détruire, faute d'avoir pu les assimiler ou les convertir.
Si les relations ambivalentes, tissées d'amour et de haine envers le père, constituent le coeur du phénomène religieux, en particulier dans les trois religions monothéistes, le judaïsme tire sa singularité d'une ténacité particulière à combattre l'idolâtrie, liée à la figure toute-puissante et narcissique du père primitif, pour lui substituer la notion purement abstraite d'un Dieu irreprésentable par les sens, législateur et miséricordieux, respectueux des limites de la Loi.
Cette persévérance inconsciente à perpétrer ce parricide dirigé contre le père primitif de la horde, et de s'opposer ainsi à la pulsion idolâtre dérivant de cette figure fascinante et source d'adoration pour tout sujet humain, a valu aux juifs de devoir subir, tout au long de l'Histoire, l'hostilité des autres peuples. Jean-Claude Stoloff soutient, que loin d'être comme le pensait Freud après bien d'autres penseurs des Lumières, le signe d'un attachement à une "religion fossile"dépassée par l'Histoire, cette survie et la vitalité du judaïsme sous ses diverses formes, provoquent des réactions d'intolérance, voire de haine.
Celles-ci constituent l'une des sources principales de l'antisémitisme, ancien et nouveau.

Aucun commentaire: