jeudi 25 juin 2009

Scilicet - Semblants et sinthome - 7e congrès de l'Association mondiale de psychanalyse

Jacques-Alain Miller (dir.)



Paru le: 11/06/2009
Editeur : Cause Freudienne (la)
Collection : Rue Huysmans
Prix : 25 €

Ce volume est le troisième d’une série qui fait sien l’intitulé de la revue Scilicet que Lacan avait créée pour l’École freudienne de Paris. S’adressant à toi, lecteur, il te dit : Tu peux savoir ! Oui, tu peux savoir comment plus de cent analystes, membres de l’une des sept Écoles de l’Association mondiale de psychanalyse, conjuguent ces deux termes majeurs de l’enseignement de Jacques Lacan : Semblants et sinthome. Ce binaire précieux, dégagé par J.-A. Miller, est en effet le thème que l’AMP a retenu pour son VIIe congrès.
Marqué par un déplacement de la notion de symptôme, le dernier enseignement de Lacan tourne autour du sinthome et de son articulation avec les registres du réel, du symbolique et de l’imaginaire. Le terme de sinthome peut tout d’abord s’entendre comme un mixte de symptôme et de fantasme. Mais, à la différence du symptôme freudien, qui se présente toujours comme extérieur à la structure, le sinthome en est constitutif. Ce changement notable a une incidence directe sur l’acte analytique, l’orientation de la cure, la fin de l’analyse et son corollaire toujours attendu : la passe. Le semblant, lui, dénote un mixte de symbolique et d’imaginaire qui s’oppose au réel, à la jouissance, toujours opaque. Le binaire Semblants et sinthome nous renvoie ainsi « à l’opposition entre sens et jouissance ». Or l’analyse « recourt au sens pour résoudre la jouissance. Autrement dit, l’analyse se sert du semblant pour lire l’opacité de la jouissance ». L’enjeu est donc d’articuler « une dialectique du sens et de la jouissance dans l’expérience analytique et de faire valoir le bord de semblant qui situe le noyau de jouissance ».
À la présentation du thème Semblants et sinthome par Jacques-Alain Miller, succèdent 109 textes correspondant à autant d’items. Ceux-ci ont été choisis avec rigueur et précision à partir des références majeures de l’enseignement de Lacan et de son élucidation par J.-A. Miller. Comme dans tout glossaire, leur ordre est alphabétique.
Le savoir, tel qu’il s’expose ici, n’est pas encyclopédique. Les articles, courts, problématisent et mettent en valeur le débat sur un point précis, tout en s’adressant au public le plus large. Il s’agit de faire entendre, par la voix de chacun, plus pure, le binaire Semblants et sinthome dans ses multiples registres : cliniques, théoriques, pragmatiques…
Le discours est un appareillage de semblants essayant d’entourer le réel, celui d’une jouissance qui se parle à travers chacun de nous. Alors que les semblants scientistes prolifèrent, le psychanalyste bat en brèche la nécessité de la référence et met au jour la contingence de la cause du désir et des formes de la substance jouissante. Pas d’autre référence que ce qui cloche et fait rupture dans la parole et son appareillage au discours. En ce sens, l’abord du symptôme par la psychanalyse et sa réduction à la singularité du sinthome font radicalement vaciller les semblants. Chacun des articles de ce volume s’approche à sa façon de ce point de rupture. Ils aideront chacun des lecteurs à s’y essayer à son tour.

Aucun commentaire: