vendredi 22 janvier 2010

L'unebévue n°26

RHIZOME, CARTE, NOEUD BO



Rhizome et créolisation, une poétique
Rencontre avec Edouard Glissant

Il y a eu un petit livre, Rhizome, qui a précédé Mille Plateaux, et qui ensuite s’est intégré dans Mille Plateaux. Cette notion de rhizome avait eu une particularité, une singularité à l’intérieur même du développement et des errances de Guattari. Pour moi c’était une notion, ou une image, ou… une machine, qui illustrait bien les drames et les ouvertures des identités. J’ai été tout de suite sensible à la notion que l’identité-racine-unique est une identité qui tue autour d’elle. Bon, c’était la carotte de ma pensée sur ce plan… et que le rhizome, au contraire, était fait de racines qui s’entre-aidaient et qui se relayaient. Il y avait aussi le cas des épiphytes qui me concernait beaucoup parce que tous les arbres et toutes les forêts de la Caraïbe sont recouverts de ces épiphytes. Nous appelons ça des lianes, et qui ne tuent pas l’arbre mais qui le renforcent. Par conséquent, cette notion de rhizome, du point de vue identitaire, était précieuse, d’autant plus que, quand on disait l’errance de l’identité, les gens pensaient l’absence de l’identité. Il était important de faire savoir que l’errance de l’identité n’est pas une absence de l’identité. Le rhizome n’est pas une absence des racines, c’est une racine d’un genre particulier. Une racine entre-aidante.

2 commentaires:

enpleinjour a dit…

Je suis d'accord avec vous que l'image du rhizome est une bonne illustration de la pensée de Glissant quant à l'identité. De même qu'il réfute la filiation, il rejette la notion de "racine".

Animesh Rai a eu la gentillesse de publier sur mon blog l'introduction sur sa thèse d'Edouard Glissant. Elle porte sur un sujet intéressant, la présence française en Inde et son interaction avec d'autres cultures. http://bilingualblogbilingue.blogspot.com/2009/12/lintroduction-dedouard-glissant-the.html

dm a dit…

Merci pour cette information.