mercredi 21 avril 2010

Faut l' temps

Revue ESSAIM Numéro 24 - mai 2010



Editions : Erès
26 €


De quoi parle-t-on quand on parle du temps en psychanalyse ? Une première source de difficultés provient de la non-unicité du temps. Cela entraîne des énoncés disparates et parfois contradictoires, comme chez Freud par exemple, quand il pose que l'inconscient ignore le temps et par ailleurs que l'après-coup structure le symptôme. S'il faut assurément récuser le temps comme substance, faut-il pour cela se convertir à la philosophie chinoise ou se passer complètement de cette notion ? Sans doute peut-on plus justement parler non d'un temps unique mais d'un facteur ou d'une fonction temps. La grammaire, la logique, la physique, la mathématique ont à travailler avec des notions de temps qui peuvent être plurielles et hétérogènes entre elles. L'usage du facteur temps en psychanalyse emprunte ses références à tous ces domaines - d'où les apparentes contradictions, voire disputes, telle celle sur la durée des séances -, mais il en invente aussi de nouvelles pour appréhender l'objet a cause de désir et manque à jouir. La spatialité du psychisme, évoquée par Freud à la fin de sa vie, y trouve sa dynamique.
Essaim se propose avec ce numéro d'interroger l'usage de la fonction temps en psychanalyse.

Aucun commentaire: