vendredi 29 septembre 2017

Analyse Freudienne Presse - 2017/1 - N° 24 - Névrose, psychose et perversion, psychopathologie désuète ou ultime rempart contre l’exclusion du sujet de l’inconscient ?

Erès - Octobre 2017


L'apport des structures cliniques névrose, psychose et perversion est aujourd’hui remis en question. De nouvelles appellations se multiplient et tentent de renforcer la posture scientifique, à l'aide d'items à consigner et auxquels se référer pour s'assurer qu'il s'agit bien de pathologie.
Mais ce que nous constatons dans l'expérience quotidienne au "un par un" avec nos patients ne fonctionne pas ainsi. Cette prétention à vouloir "classer", évaluer, et ainsi donner un nom qui nomme une souffrance, au lieu de représenter le sujet souffrant, n'est peut-être qu'une tentative pour rassurer le soignant. Les effets du réel dans la clinique, dans et à travers la parole, ne peuvent être décrits ainsi. La psychanalyse peut-elle se reconnaître en tant qu’une “science du réel” ? Alors : quel serait le statut du sujet en psychanalyse ? Quelles sont les opérations nécessaires pour que du sujet puisse se produire au lieu du grand Autre qui lui préexiste ? Comment quelqu’un advient-il au lieu du sujet ? Les structures névrose, psychose et perversion pourraient-elles être le dernier bastion pour soutenir le sujet aujourd'hui ?

Page 7 à 14 : Robert Lévy - Névrose, psychose et perversion : psychopathologie désuète ou dernier bastion pour la défense du sujet ? | Page 15 à 17 : - Présentation | Page 19 à 30 : Radjou Soundaramourty - De l’impossible dans la nomination | Page 31 à 38 : Michel Ferrazzi - Le discours du sujet et l’idée d’un progrès | Page 39 à 57 : Néstor A. Braunstein - Structures cliniques ou positions subjectives | Page 59 à 70 : Galo Eidelstein - La science des structures comme un bastion | Page 71 à 75 : - Présentation | Page 77 à 84 : Graciela C. Crespin - De l’a-structure à une structure sans « a » ? Le cheminement de la structure | Page 85 à 96 : Robert Lévy - Il n’y a pas de fixité de la structure chez l’enfantà condition que l’analyste sache s’en servir | Page 97 à 104 : Anna Konrad - L’écoute analytique et les structures… comme occasion de penser le sujet | Page 105 à 115 : Donna Redmond - La peau que j’habite… : l’adolescence et le corps | Page 117 à 120 : - Présentation | Page 121 à 133 : Guy Dana - Espace et psychose. Finalités | Page 135 à 145 : Carol Watters - Un manipulateur, singulier « auxiliaire »… de Dieu | Page 147 à 167 : María Cruz Estada - Le corps, dernier bastion ? | Page 169 à 190 : - Notes de lecture.

acheter ce livre

Aucun commentaire: