samedi 21 octobre 2017

Sonia Combe et Antoine Spire : Maladie et Privation d'amour. De Christa Wolf à Canguilhem, pour un retour à la clinique

Le Bord de l'eau - octobre 2017


En novembre 1984, Christa Wolf ouvrait la première conférence de l'association des gynécologues psy-chosomaticiens de RDA réunis à Mag-Debourg. Dans son discours intitulé "Maladie et privation d'amour", elle s'interrogeait sur l'évolution de la médecine moderne dont les progrès en matière d'appareils médicaux éloignaient toujours davantage les praticiens de leurs patients. Par-delà son regard sur la relation entre l'âme et le corps, Christa Wolf informait aussi des attentes des femmes qui avaient pris au mot les promesses d'égalité des sexes en régime "socialiste réel". Quelques années plus tôt Georges Canguilhem, résistant au scientisme triomphant, se proposait de continuer à penser la médecine comme un art qui devait s'adapter à chaque individu malade. Déplorant la disparition progressive de la clinique, il plaidait pour un dialogue continu entre le patient et le médecin Tandis que Sonia Combe s'appuie sur le discours de Christa Wolf pour appréhender l'expérience communiste à partir de l'étude de genre, revenant sur la double leçon de Christa Wolf et de Canguilhem, Antoine Spire se demande dans quelles conditions un retour de la médecine à la pratique clinique pourrait se faire et répondre à la demande des malades.

Sonia Combe est historienne, associée au centre Marc Bloch à Berlin, où elle a enseigné à l'université Humboldt et à la Freie Universität. Antoine Spire est journaliste et universitaire. Il a dirigé pendant plusieurs années la recherche en sciences humaines à l'Institut national du cancer.

acheter ce livre



Aucun commentaire: