jeudi 9 novembre 2017

Psychologie Clinique 2017/2 n°44 : Écrire le cas

EDK, Groupe EDP Sciences - Novembre 2017


Ce numéro entend rouvrir une série de questions. Clinique : quel effet le passage par l’écriture at- il sur les cures ? Méthodologique : quel gain de connaissance peut-on espérer d’une telle opération ? Éthique : qu’a-t-on le droit de faire de ces traces ? Épistémologique : quelle valeur cognitive leur accorder ? Théorique : avec quels filtres interprétatifs les aborder ? Rhétorique et sémiotique : comment organiser l’écrit clinique de telle sorte qu’il trouve crédit dans le champ de la recherche ? La densité problématique de toute réflexion sur l’écriture du cas décourage habituellement plus qu’elle n’incite à affronter ces questions. Pourtant, l’impasse ne peut être faite sur la question de la fabrique du cas. Cette boîte noire doit être ouverte.

Ambitionnant d’affirmer et de problématiser jusqu’aux enjeux politiques de l’écriture du cas, ce numéro prend au sérieux la nécessaire ouverture à l’interdisciplinarité d’une telle réflexion sur nos écritures. Écrire le cas ne relève en effet pas du seul « espace théorique » de la recherche, mais constitue un acte à part entière, par l’incidence qu’il a sur la pratique clinique et sur la réception sociale de la psychanalyse. C’est pourquoi, il nous semblait pertinent de parier que les outils d’autres disciplines pouvaient éclairer la réflexivité psychanalytique sur ses pratiques d’écriture.

Page 5 à 11 : Laurie Laufer, Thomas Lepoutre, Guenaël Visentini - Présentation | Page 14 à 31 : Guenaël Visentini - D’une clinicographie psychanalytique | Page 34 à 45 : Dario Compagno - Dans la peau du loup. Une lecture sémiotique d’À partir de l’histoire d’une névrose infantile | Page 46 à 56 : Valentina Grossi - Entre transparence et opacité : l’écriture ethnographique en controverse | Page 57 à 70 : François Dosse - La singularité du « cas » dans l’opération historiographique | Page 72 à 85 : Thomas Lepoutre - Observation psychiatrique et récit psychanalytique : l’écriture du cas en question | Page 86 à 98 : Paul-Laurent Assoun - L’exemple comme la chose même. Le cas et son sujet | Page 99 à 114 : Thamy Ayouch - Écrire le cas. Du récit à la critique | Page 115 à 121 : Beatriz Santos - Les « certitudes inquiètes » du cas clinique | Page 124 à 132 : Guy Le Gaufey - À qui profitent les vignettes cliniques ? | Page 133 à 145 : Florent Gabarron-Garcia - En deçà du « cas ». L’écriture de l’analyse à l’épreuve de l’expérience analytique | Page 146 à 156 : Éva-Marie Golder - Les mains dans le cambouis. Le travail sur le trait du cas | Page 158 à 167 : Isabelle Blondiaux - À propos d’évaluation et d’éthique | Page 168 à 184 : Claude Wacjman - Contre une « politique » de l’autisme | Page 186 à 191 : Élisabeth Roudinesco, Jean-Jacques Moscovitz, Huo Datong, Olivier Douvile - Michel Guibal (1935-2017) | Page 192 à 204 : Karima Lazali, Alice Cherki, Olivier Douville - Nabile Farès | Page 205 à 270 : Claude Wacjman - Lectures.

acheter ce livre

Aucun commentaire: