mardi 6 novembre 2018

Savoirs et clinique -Numéro 2018/1 - n° 24 : Ambitions pour l'enfant. L'ambition des enfants

Erès - Novembre 2018


L’ambition tire sa puissance du désir de l’autre, fantasmatique ou réel, sans pourtant s’y réduire. Son intérêt réside dans l’orientation décisive qu’elle donne à la vie du sujet, qu’il s’agisse de son ambition ou de celle d’un autre. Ce désir est nécessaire : un enfant qui n’est investi d’aucun désir parental pour son avenir entrera dans la vie avec un handicap. Dans ses formes pathétiques, l’ambition apparaît comme un symptôme transmis par les parents et fondé sur la rivalité, un produit du surmoi social collectif : il y a concurrence et il faut lutter pour le succès. Le sujet ambitieux peut aussi réaliser son rêve ou celui de ses parents, jusqu’à parfois entrer dans l’arène sociale pour la transformer en une scène de l’Histoire. Le parlêtre sait rarement ce qu’il veut, les doutes l’assaillent, l’ambition, reçue comme une demande de l’Autre, l’éperonne là où défaille l’aile de son désir, malgré le fantasme qui soutient celui-ci.

Page 9 à 17 : Geneviève Morel - Franz Kaltenbeck (1944-2018) | Page 18 à 24 : Vincent Le Corre, Monique Vanneufville, Diane Watteau - Éditorial | Page 25 à 33 : Franz Kaltenbeck - Nom et ambition | Page 34 à 42 : Paul Audi - Que faire de l’ambition des siens pour soi ? Réflexions sur le cas de Romain Gary | Page 43 à 55 : Renata Salecl, Brigitte Balbure - Angoisse chez l’enfant au temps de la génétique | Page 56 à 63 : Aline Bourjot - « Il arrivera comme les autres mais pas par le chemin de tout le monde » | Page 64 à 73 : Daisuke Fukuda - La passion chirurgicale de Marie Bonaparte. Deux histoires de l’œil | Page 74 à 80 : Emmanuel Fleury - Les détours d’un autiste | Page 81 à 93 : Marie Lenormand - L’ambition d’une mère à l’œuvre… dans l’écriture et la publication d’un cas de psychanalyse : La petite « Piggle » de Winnicott | Page 94 à 102 : Geneviève Morel - Prolongements d’ambitions, de mère en fille | Page 103 à 105 : Sibylle Guipaud - Hubert Damisch (1928-2017) | Page 106 à 120 : Federica Montevecchi - Empédocle et Freud Réflexions sur la logique et le langage | Page 121 à 130 : Louis Raffinot - Remarques sur le corps autobiographique dans la psychose. Le Saut dans les Cahiers de Nijinski | Page 131 à 140 : Olivier Gaignard - Étienne Balibar et la question du racisme dans Race, nation, classe | Page 141 à 149 : Frédéric Yvan - L’inquiétante étrangeté de l’étranger | Page 150 à 155 : Vincent Le Corre - Introduction. Pourquoi une journée d’étude sur le numérique dans une association de psychanalyse ? | Page 156 à 164 : Frédéric Tordo - Des jeux vidéo et des robots dans le cabinet du psychanalyste | Page 165 à 173 : Angélique Gozlan - Quand l’altérité devient virale : exemple du cyberbullying | Page 174 à 179 : Marion Haza - Quand Zelda devient un support narratif pornographique : rencontre de la pornographie à l’adolescence | Page 180 à 183 : Frédéric Yvan - « Des psychanalystes avec le numérique : jeux vidéo, réseaux sociaux, robots et pornographie... ». Quelques remarques sur les interventions | Page 184 à 187 : Antoine Verstraet - Donatien, l’affranchi | Page 188 à 194 : Geneviève Morel, Franz Kaltenbeck - Critique de film | Page 195 à 219 : - Comptes rendus de lecture | Page 220 à 222 : Isabelle Baldet, Monique Vanneufville - Sylvie Boudailliez (1949-2017).

acheter ce livre

Le Journal des psychologues 2018/10 (n° 362) : Violences extrêmes. Le sujet de la radicalisation

 Martin Média - Octobre 2018


Page 3 : Patrick Conrath, Maria Ouazzani - La radicalisation : le sujet en question | Page 12 : Dana Castro, Jean-Luc Viaux - L’engagement dans des violences extrêmes : l’exemple de la radicalisation | Page 14 à 18 : Elyamine Settoul - Les jihadistes français : diversité des parcours, pluralité des réponses | Page 19 à 24 : Nicolas Estano - Radicalité et violence : les voies de l’engagement extrême | Page 25 à 27 : Guillaume Monod - Quelques parcours de radicalisation et djihadisme | Page 28 à 35 : Cindy Duhamel, Alexandre Ledrait - Analyse processuelle et dimensionnelle du symptôme des radicalisations adolescentes | Page 36 à 39 : Jean-Michel Coq - La figure du terroriste : le regard de ceux qui en sont les victimes | Page 40 à 44 : Johan Dechepy‑Tellier - La prévention de la radicalisation en France et ailleurs en Europe | Page 45 à 46 : - Bibliographie | Page 47 à 51 : Henri-Pierre Bass, Albert Ciccone - La frontière, espace naturel du soin psychique | Page 52 à 55 : Joanna Smith - Les expériences précoces, de la conception jusqu’à trois ans : quel impact psychopathologique à l’échelle de la vie ? | Page 56 à 59 : Philippe Drweski - L’identification dans un groupe de patients de retour d’expatriation | Page 60 à 64 : Mathilde Tiberghien - Famille de militaire : la systémie au cœur d’une double appartenance | Page 65 à 70 : Anne-Laure Lamberton - La projection d’éléments culturels dans la réalisation du dessin de famille : un exemple vietnamien | Page 71 à 77 : Emile Sellier-Mesnard - Relations et cadre dans l’exercice clinique. 

acheter ce livre

lundi 5 novembre 2018

Virginie Foloppe : Dépersonnalisations au cinéma. Du traumatisme à la création

Les Contemporains favoris - Novembre 2018 


L'affect de dépersonnalisation n'est pas uniquement une réaction psychique à un environnement défaillant. Il peut aussi être le levier de la création. L’analyse de Virginie Foloppe oscille constamment entre ces deux formes de dépersonnalisation. L'une relève donc de la création, qu'elle aboutisse ou non à une œuvre d'art, quand l'autre s'achève dans une destruction perceptible à travers la destinée tragique d'êtres privés de tout élan vital, après qu'ils aient été confrontés à des traumatismes ; deuil, envie, inceste, viol. L'art cinématographique crée une psyché flottante à même de réfléchir la mémoire sensorielle de situations traumatiques à la violence insoutenable et de nous livrer les moyens d'en sortir. Hitchcock, Vinterberg, et Kim Ki-duk, chacun avec un style singulier, composent des miroirs perceptifs capables de ne pas se confondre avec leur objet, mais de réfléchir l'autre voie de la dépersonnalisation.

La recherche de Virginie Foloppe, docteure en esthétique et sciences de l'art, est pluridisciplinaire : de la fabrique de l'écriture (article, essai, fiction) à celle des images (art digital, art vidéo) en passant par l'enseignement des arts (Panthéon-Sorbonne et Sorbonne Nouvelle) et un diplôme de psychologue clinicienne. Elle a déjà publié aux éditions Les Contemporains favoris : L’hémorragie des contemporaines, Nelly Arcan et Chloé Delaume (2015).

Introduction, 9

I - Une mélancolie de l'autre sexe : Vertigo d'Alfred Hitchcock

Une femme saigne, 17
Un traumatisme visuel, 18
Autoportrait de l'artiste en dépersonnalisé, 20
Le crime de la mélancolie, 26
Au miroir de la création, 29
Je ne suis pas celle que vous croyez, 32
Dites-le avec des fleurs, 35
Cachez cette envie que je ne saurais voir !, 37
Quand la bisexualité est le fruit d'un pillage, 39
Dans la fabrique des images, 41
Poïétique du threesome, 44
De l'effeuillage au dépouillement, 46
L’envie du vagin, 50

II - Un visage informe : Time de Kim Ki-duk

Une injonction faite aux femmes ?, 53
D’une lèvre l’autre, 55
Dans la fente, 57
Préliminaires d'une chair dépropriée, 60
Un reste de sang, 63
Quand le visage s'abîme au contact de l'autre, 64
Les écorchés du verbe, 66
Retouche-moi jusqu'à l'impersonnalité, 68
Le crépuscule d'une personne, 71

III - La rencontre amoureuse : une naissance intime. L'arc de Kim Ki-duk

Séquestration intime, 75
La négativité d'un bain musical, 78
Du rapt d'enfant à la capture amoureuse, 79
Un miroir sonore mélodieux, 83
Une suture factice, 85
Des images mortes aux prises des amoureux-artistes, 87
S'arracher un bâillon psychique, 91
Une saisisseuse, 95
La perforation d'un hymen cérébral, 98

IV - Désincarnations : Samaria de Kim Ki-duk

Le stade du virtuel d'un avatar sans personne, 103
Le fétichiste et sa vierge virtuelle, 106
De l'avatar à l'imago. De la webcam à la caméra cinématographique, 109
To live in a lie, 111
Le ravissement d'une crise de dépersonnalisation, 113
Cinéma d'une origine coagulée, 116
Sculpter le désincarnat d'une Peau-dépersonnalisation, 119
Une fracture de la pensée, 121
De la dyade narcissique à la dernière dyade, 123
Psychés de passe, 127
Jouir avec les yeux, 130
Dans les plis de Vasumitra, 133
La dépersonnalisation par contagion chromatique, 136

V - Dans les yeux de ta jumelle. Festen de Thomas Vinterberg

De son visage coule une encre noire, 141
Retour vers une géographie maltraitante, 144
Linda : une morte inaperçue, 146
La pupille était en sang, 149
Un œil désincarné, 151
Images d'une corporelle-incorporelle, 153
Partenaires du vide, 155
Jouer à l'agresseur, 158
L'écran du traumatisme, 161
Un sujet femme-homme, 165
Snut : un jumeau paraphrénique, 167
Un clivage intrapsychique, 171
Œuvrer la sépulture d'une victime de l'inceste, 173

VI - De Vénus à Lucrèce. Corps exhibés corps violés

L'exhibition de Vénus, 177
Un trouble de la mémoire visuelle, 180
Poïétique de l'inceste, 183
Hyménographie du traumatisme ou quand le cinéaste vagine son image, 184
En un battement de paupière, 188
Crever la matrice du nu féminin : un hymne à la dépersonnalisation, 192
Un vidage hémorragique, 195
La putain se figure encore vierge, 199
Si j'étais un garçon : une érection déjà filmée, 201
La fleur des inconscients, 203

VII - Conclusion

Une hémorragie du féminin, 205
D'une catastrophe à l'autre, 208
Le réveil du père mort, 216
La matrice gémellaire de la dépersonnalisation, 221
Un écran authentique, 226

VII - Bibliographie, 231

lundi 22 octobre 2018

Fabrice Bourlez : Queer psychanalyse. Clinique mineure et déconstructions du genre

Hermann - Octobre 2018


La visée des théories queer est éthique : rendre un plus grand nombre de vies vivables. À l’heure du triomphe des thérapies cognitivo-comportementalistes et des transformations profondes de la famille, les psychanalystes peuvent-ils se servir de ces avancées pour réinventer une clinique après l’Œdipe ? Poser cette question, c’est se demander en quoi et pourquoi le travail de Judith Butler, Eve Kosofsky Sedgwick, Paul B. Preciado et d’une multitude d’autres théoriciennes et théoriciens, dé-fait la psychanalyse. C’est s’offrir des pistes concrètes pour revenir sur des formules et des évidences cliniques parfois trop vite tenues pour acquises. C’est resituer la praxis analytique à la croisée de la théorie et du politique. En retour, c’est mettre les concepts des queer face à la tâche impossible qui anime l’analyste, les confronter au réel singulier qui prévaut dans chaque cure. Il ne s’agit donc pas de transformer la pratique en philosophie ou de faire des dé-constructions du genre une clinique, mais de démontrer l’utilité de l’une et l’acuité de l’autre pour rencontrer les minorités en tous genres.

acheter ce livre

vendredi 19 octobre 2018

Laurie Laufer (dir.) : Lettres à Lacan

Thierry Marchaisse Editions - Novembre 2018


Où en est la psychanalyse aujourd'hui ? Ces lettres dessinent un état du champ freudien inséparable, pour le meilleur comme pour le pire, de « l'effet Lacan » et des retombées de son enseignement, en France autant qu'à l'étranger. Elles sont signées de psychanalystes (élèves ou détrac­teurs), dont des proches de la première heure, mais aussi de personnalités scientifiques ou artistiques venues d'autres horizons.
On peut y voir une forme inattendue de manifeste, une relance du gai savoir lacanien, qui s'autorisait toutes les formes de propos et d'arguments pro et contra, des plus loufoques aux plus sérieux, des plus littéraires aux plus théoriques.

LAURIE LAUFER est psychanalyste, professeure à l'Université Paris-Diderot et directrice du Centre de recherche psychanalyse, médecine et société (CRPMS).

AUTEURS : Jean ALLOUCH, Paul AUDI, Jorge BAInOS ORELLANA, Fethi BENSLAMA, Daniel BORRILLO, Danièle BRUN, Chloé DELAUME, Christian DUNKER, Éric FASSIN, Frédéric GROS, Lewis KlRSHNER, Etienne KLEIN, Gloria LEFF, Guy LE GAUFEY, Lucrèce LUCIANI, Paola MlELI, Bertrand OGILVIE, Anne ONIME, Barbara OSOROVITZ, Jacques ROUBAUD, Moustapha SAFOUAN, Jacques SÉDAT, Daniel SIBONY, Christian SiMATOS, Marie-Claude THOMAS, Alain VANIER, Catherine VANIER, Mayette VlLTARD, Anonyme.

acheter ce livre

Sarah Chiche : Une histoire érotique de la psychanalyse. De la nourrice de Freud aux amants d'aujourd'hui

Payot - Octobre 2018


Sans les femmes, il n'y aurait pas de psychanalyse. Elles en sont le moteur dès le début, comme inspiratrices, mais aussi comme créatrices et théoriciennes. Tel est le fil rouge de ce livre qui raconte, en cinquante-trois histoires, du temps de Freud à nos jours, la relation de la psychanalyse - et donc la nôtre - au sexe, à l'amour et à la liberté. Comment se réinventer après un chagrin d'amour, comme le fit Anna O. ? Que faire quand, comme Anna Freud, nos parents ne comprennent rien à notre orientation sexuelle ? En quoi la vie de Lou Andreas-Salomé nous indique ce qu'est l'indépendance affective ? Comment réagir quand, comme Sabina Spielrein, la jalousie nous décompose ? Pourquoi acceptons-nous parfois que la personne qu'on aime en aime une autre sans cesser pourtant de nous aimer, comme le firent Virginia Woolf et les membres du groupe de Bloomsbury ? Peut-on rester sur le divan de la personne avec qui l'on vit une histoire d'amour, comme le fit Catherine Mulot avec Jacques Lacan ? Et plus largement, la psychanalyse peut-elle encore nous aider, aujourd'hui, dans notre vie amoureuse et sexuelle ?

Sarah Chiche est écrivain, psychologue clinicienne et psychanalyste.

acheter ce livre

Jean-Bernard Paturet : La passion aporétique de Sigmund Freud, suivi de A propos d'un labsus de Freud sur le Moïse de Michel-Ange

Lambert Lucat - Juillet 2018


L'épistémologie freudienne dévoile tout au long de l'oeuvre du père de la psychanalyse une aporie entre déterminisme et causalisme d'une part, choix de destinée d'autre part. Freud est conduit, pour la reconnaissance scientifique de sa discipline, à s'inscrire dans les sciences de la nature (Naturwissenschaften) de son époque tandis que sa pratique clinique l'amène chaque jour à déceler la responsabilité de chacun dans son histoire personnelle et l'engagement dans la vie. De la figure du Grand Homme qu'est Moïse, Freud met à mal la toute puissance. Dans Le Moïse de Michel-Ange, un lapsus surgit à l'évidence : la sculpture du pape Jules n'est pas étudiée par le Viennois alors que lui aussi est tombé de son piédestal et déchu de son pouvoir absolu.

Jean-Bernard Paturet est professeur des universités, directeur du département de psychanalyse de l'Université de Montpellier. Développant une lecture psychanalytique des phénomènes sociaux, il s'interroge sur les tragédies du siècle passé et du nôtre, sur la perpétuation d'une culture de soumission (D'une soumission l'autre, Cerf, 2013) et sur l'apparition d'une culture de l'extermination ("Au-delà" de Freud. Une culture de l'extermination, Cerf, 2009) dont la plus contemporaine et la plus horrifiante s'exprime dans le terrorisme islamique et ses fantasmes de reconstruction de l'ancien Califat (Cave Califatum ! Le Califat, un nouveau grand récit totalisant suivi de Le Territoire et l'im-monde, Lambert-Lucas, 2017).

acheter ce livre

La revue lacanienne 2018/1 (N° 19) : Famille je vous aime ? Les complexes familliaux aujourd'hui

Erès - Octobre 2018


« Familles, je vous aime ! » dirions-nous aujourd’hui, en détournant le mot d’André Gide, pour dire combien nous aimons encore tous nos familles en évolution rapide et livrées aux vents du divorce, de la recomposition, de l’homoparentalité et des progrès scientifiques qui consacrent désormais l’enfant comme un dû plutôt que comme un don. Quel devenir pour l’enfant dans ces transformations ?

Il ne suffit pas de souligner qu’avec le déclin du Nom du Père, la fonction paternelle au sein de la famille est en suspens, comme le laissaient déjà présager Les complexes familiaux de Jacques Lacan dès les années 30. Il convient aussi, sous les auspices de ce texte prémonitoire, d’en mesurer les conséquences pour la relation homme-femme et les enfants dans la clinique, dans le droit et même dans la politique aujourd’hui. C’est ce que fait ce numéro qui a aussi choisi, à travers trois interviews de responsables religieux issus des trois monothéismes, de montrer que si l’assise du Nom du Père se lézarde ou est en train de changer, les références classiques continuent d’opérer dans les différentes confessions. Certes des interrogations se font jour à la lumière des problèmes posés par les familles actuelles chez ceux qui sont supposés garantir la transmission d’un certain ordre symbolique pour leurs communautés respectives.

Et il est étonnant de voir comment la revendication de la fonction paternelle surgit au sein même des familles homoparentales, comme s’il n’était pas si simple d’en finir trop simplement avec cette question.

acheter ce livre

mardi 16 octobre 2018

León Grinberg : Qui a peur du (contre-)transfert ? Psychanalyse Transfert, contre-transfert et contre-identification projective dans la technique analytique

Ithaque - Octobre 2018


Textes réunis, traduits de l’espagnol et présentés par Jean-Michel Assan

Pourquoi le maniement du transfert est-il si difficile ?  Pourquoi rechigne-t-on tant à explorer le contre-transfert ? Freud avait-il raison de nous mettre en garde contre les dangers  “radioactifs” du transfert ?
Ce recueil, constitué de sept essais du grand psychanalyste argentin León Grinberg, offre une réflexion précieuse sur l’un des phénomènes les plus délicats de la technique analytique : le transfert et le contre-transfert. Ces travaux, déjà largement reconnus sur un plan international, sont parus en espagnol ou en anglais dans différentes revues entre 1956 et 1995 ; leur traduction en français est maintenant chose faite. Rédigé dans un langage technique mais facile d’accès, ce livre reprend aussi bien les textes pionniers de l’auteur sur le sujet que des articles de synthèse plus tardifs, suivis d’un texte rétrospectif où Grinberg questionne les fils conducteurs de son parcours de clinicien et de théoricien. Ouvrage indispensable à l’analyste en formation, il ne manquera pas d’intéresser également, pour son importance historique et critique, les analystes les plus aguerris. 

acheter ce livre

lundi 15 octobre 2018

Essaim 2018/2 (n° 41) : De quoi les psychanalystes devraient-ils avoir honte ?

Erès - Octobre 2018


Qu’on le veuille ou non, l’opinion stigmatise la honte. Indice d’une parole muselée et signe de faiblesse, la honte et son corrélat de culpabilité embarrassent ou inhibent quand, dit-on, la parole doit se libérer. Cette parole qu’on veut éhontée fait feu de tout bois sur la place publique. Elle va du commentaire intempestif au témoignage en passant par la dénonciation. Est-elle alors la bonne nouvelle qui annonce l’émancipation exigible de nos sociétés démocratiques ? Lacan, justement, à rebours de la clameur contemporaine, ne condamnait pas la honte. Il en fit même un éloge appuyé quand, dans L’envers de la psychanalyse, il l’opposait au pire, soit à l’impudence, et espérait que si les gens se pressaient aussi nombreux à son séminaire, c’est qu’il parvenait encore un peu à leur faire honte !

acheter ce livre

mercredi 10 octobre 2018

Le Carnet PSY 2018/7 (N° 219) : La consultation psychanalytique en institution : quels transferts ? – Partie 3

Editions Cazaubon - Septembre 2018

Page 1 : Pierre Delion - La psychiatrie va très bien ! et vous ? | Page 12 à 16 : - Bloc-notes | Page 17 : Simone Korff-Sausse - Exposition | Page 18 à 19 : Maurice Corcos - Chapeau | Page 20 à 27 : Alain Gibeault - La fonction médiatrice de l’argent et les enjeux de la cure gratuite en institution | Page 27 à 31 : Éric Flame - La gratuité comme transfert | Page 31 à 34 : Bertrand Colin - Le don comme prix de la gratuité | Page 34 à 37 : Éléana Mylona - Gratuité de soins et enjeux transférentiels. Du rejeton de l’inconscient au jeton symbolique | Page 38 à 41 : Jean-Philippe Roguet - Les théories internes du psychanalyste : entrave ou facilitation du processus ? | Page 42 à 46 : Brigitte Reed-Duvaille - De la place de la théorisation dans le travail clinique psychanalytique en institution (CEJK) | Page 46 à 49 : Stéphane Aron - Du « deuil quant à la perte » au travail de la perte. Le travail psychanalytique avec les étudiants.

acheter ce livre

Guy Le Gaufey : L'effet de sens. Eléments de sémiotique lacanienne

EPEL - Juillet 2018


Pour avoir porté l'accent sur le signifiant, Lacan a-t-il du même pas fondé une nouvelle acception du signe ? On le saura en élucidant le concept d'"effet de sens", présent ici et là dans quelques séminaires, puis en le faisant jouer au travers d'espaces discursifs parfois fort éloignés de l'analyse. Cela, Freud l'a rendu possible, car l'association d'idées va bien au-delà de la relation thérapeutique où elle est censée s'exercer. Guy Le Gaufey poursuit ici son exploration de cette question pour lui première : Freud et Lacan ont-ils en partage le même "objet" ?

acheter ce livre

Gérard Haddad : Ismaël et Isaac. Essai sur la fraternité heureuse

Premier Parallèle - Octobre 2018


Et si le plus grand exemple de fraternité heureuse nous était donné par Ismaël et Isaac, ceux-là mêmes dont les descendants, pris dans le conflit israélo-palestinien, se déchirent aujourd'hui? 
Le nouveau livre du psychanalyste Gérard Haddad.
La Bible regorge de fratricides. À telle enseigne que Gérard Haddad qualifiait, dans Le Complexe de Caïn, son précédent livre, la rivalité fraternelle de " péché originel de la société humaine ", au même titre que le complexe d'Œdipe. 
Mais le mal porte en lui son propre antidote. Cet antidote, c'est l'histoire d'Ismaël et Isaac, dont le père, Abraham, est à la fois considéré comme le père du peuple juif, un aïeul essentiel du christianisme et l'un des prophètes de l'islam. Tout est fait pour opposer les frères l'un à l'autre : Sarah, la mère d'Isaac, n'a-t-elle pas exclu de sa maison Agar, la jeune servante égyptienne avec laquelle son mari a eu Ismaël ? Pourtant, les deux frères vont réussir à coexister pacifiquement, sur le modèle du " bon voisinage ". 
C'est ainsi qu'ironiquement, le plus grand exemple de fraternité heureuse nous est donné par ceux-là mêmes dont les descendants, pris dans le conflit israélo-palestinien, se déchirent aujourd'hui. Restituer le lien fondamental qui unit les enfants d'Abraham, s'opposer à toute exclusion qui rejouerait l'exclusion inaugurale – celle de la prophétesse Agar – voici la condition symbolique au retour d'un dialogue. Pour ce faire, il est à ses yeux nécessaire d'abandonner l'expression " civilisation judéo-chrétienne ", laquelle exclut les musulmans d'une histoire occidentale qui leur doit beaucoup, pour qualifier notre civilisation de " gréco-abrahamique ".

Psychanalyste et essayiste né en Tunisie, Gérard Haddad est l'auteur de nombreux livres ayant trait aux liens entre les religions du livre et l'inconscient. 
C'est après la rencontre avec Jacques Lacan qu'il décide d'abandonner son métier d'ingénieur agronome et de réaliser son rêve enfoui : devenir psychiatre. Il redécouvre ensuite ses origines juives, émigre en Israël où il fait la connaissance du grand rabbin Leibovitz, dont il traduira l'œuvre. Depuis 2015, il poursuit chez Premier Parallèle une réflexion sur les origines psychanalytiques du fanatisme religieux ( Dans la main droite de Dieu), sur la rivalité fraternelle et les fratries terroristes ( Le Complexe de Caïn) qui l'a amené à faire le tour de France. Ismaël et Isaac, dernier maillon de cette trilogie, est une main tendue à l'islam.

acheter ce livre

Vladimir Marinov : Les méfiants

PUF - Octobre 2018 - Collection : Petite bibliothèque de psychanalyse


Pourquoi tenter d'introduire un nouveau concept dans la théorie psychanalytique ? Et s'agit-il vraiment d'un nouveau concept, ou d'une simple notion adossée à un mot du langage courant ? La première raison est clinique. Au fur et à mesure que mon expérience clinique s'enrichissait, j'étais frappé par l'étendue des comportements et des ressentis méfiants. Certains patients paraissent incarner ce symptôme mieux que d'autres, leur vie semblant se " structurer " autour de la méfiance, et la question est alors de savoir pourquoi Louis, Emile et Omar investissent davantage le monde du délire, de l'hallucination et du rêve, tandis que Joëlle, Thomas et Pascale investissent celui des sensations et de l'alimentation. Comment départager la confusion identitaire, la confusion langagière, de la confusion corporelle ? En tant que trait spécifiquement humain, la méfiance est un objet psychanalytique privilégié. 

acheter ce livre

Jean-Jacques Rassial : Manifeste déiste d'un psychanalyste juif

Erès - Octobre 2018 - Point hors ligne


La question de Dieu est relancée, dans le monde contemporain, par les religions et les limites des athéismes. L'auteur développe une conception déiste, donc ni religieuse ni athée, issue du judaïsme, qui serait pertinente pour penser le statut de l'Autre et de l'altérité dans la psychanalyse. L'influence des religions, en particulier sous une forme intégriste voire sectaire, et les limites des athéismes associés à des sociétés totalitaires relancent la question de Dieu dans le monde contemporain. Depuis Freud, "juif infidèle", comme il se définit, jusqu'à Lacan, pour qui la "religion vraie", c'est la catholique, la question de la religion, de la religiosité mais aussi de la fonction psychique et sociale de Dieu traverse la psychanalyse, à partir du fondement de la relation à l'Autre, qu'il soit représenté par la Mère, le Père ou le Maître. La dimension juive de la psychanalyse s'inscrit dans une orientation déiste (un dieu en retrait du monde) en rapport avec la tradition juive et ses conceptions modernes, depuis Spinoza jusqu'à Hans Jonas.

Jean-Jacques Rassial est psychanalyste, membre d'Espace Analytique, et Professeur des universités. Il est l'auteur du Passage adolescent (1996, rééd en poche 2010), Cours traité de pratique psychanalytique (2011), Le sujet en état limite (rééd en poche 2017).

acheter ce livre

vendredi 5 octobre 2018

Paul-Laurent Assoun : L'énigme conjugale. Psychanalyse du mariage

PUF - Septembre 2018


Qu'est-ce que la psychanalyse a à dire sur l'institution séculaire du mariage, régulant l'alliance et les échanges symboliques ? Fantasme de deux sujets de "faire un", avec la bénédiction de l'Autre, par la profération du "oui", signifiant primordial. La théorie freudienne du mariage, plutôt méconnue, ici reconstituée en sa genèse, fournit des indications précieuses sur l'envers inconscient de l'institution conjugale. Surtout, cette anthropologie psychanalytique du mariage et de ses rituels ouvre la voie à une clinique du sujet marié, du choix d'objet conjugal, chez l'homme et la femme "trouvant chaussure à leur pied", au rapport conjugal, lien qui s'institue à l'occasion en ravage. Quel usage le sujet de l'inconscient a-t-il de ce dispositif symbolique nommé "mariage" ? Qu'est-ce que l'état marié change au sujet, qu'y devient le couple ? Quel est finalement l'objet de ce "bien" conjugal, à la fois précaire et âprement désiré ? Pourquoi tant d'unions conjugales se perpétuent-elles coûte que coûte, en un enfer institué, où se démontre, via le "masochisme conjugal", la pulsion de mort au quotidien ? D'où vient néanmoins cette espérance incurable de "bonheur conjugal" ? Le mariage sublimé en "sacrement", virage essentiel de son histoire, renvoie à la question de ce qui est "sacré" pour le sujet, soit l'objet pour le désir, à l'épreuve de la longévité institutionnelle. Ce qui pose la question de la fidélité et de l'adultère et de la posture distincte de l'homme et de la femme en cette "institution-symptôme" qui, au-delà de la convention, révèle son poids de vérité inconsciente.

Paul-Laurent Assoun, professeur émérite à l'Université Paris-7 Sorbonne-Cité, est psychanalyste, auteur d'une quarantaine d'ouvrages dont le Dictionnaire des ceuvres psychanalytiques et Tuer le mort (Puf 2009 et 2015)

acheter ce livre

mardi 2 octobre 2018

Geneviève Morel : Terroristes. Les raisons intimes d'un fléau global

Fayard - Octobre 2018



Pourquoi des jeunes gens, élevés parmi nous, deviennent-ils terroristes ? Geneviève Morel s’appuie sur les rares autobiographies de terroristes modernes : celle de l’anarchiste Émile Henry, auteur du premier attentat de masse à la gare Saint-Lazare (1894), de l’assassin de l’impératrice Sissi (1898), des étudiants américains qui dans les années 1960 posent des bombes contre la guerre du Vietnam, ou celle de la seule femme du commando qui séquestre Aldo Moro à Rome au nom des Brigades rouges (1978) – autant d’itinéraires singuliers qui se lisent comme des romans noirs.
Elle les analyse, à la lumière de son expérience clinique, comme des études de cas qui l’aident à entendre les djihadistes d’aujourd’hui dans le cadre des entretiens psychanalytiques qu’elle mène dans une unité hospitalière réservée aux détenus. L’articulation, à chaque fois unique, d’événements intimes et de rencontres fatales éclaire le mode d’entrée dans le terrorisme et les causes subjectives des passages à l’acte.
Cet ouvrage, qui remet en cause bien des préjugés, fait le pari de repenser la prévention et le suivi des djihadistes dans le contexte subjectif de leur engagement terroriste.

Geneviève Morel est psychanalyste à Paris et à Lille. Ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée de mathématiques, docteur en psychologie et rédactrice en chef de la revue Savoirs et clinique (Erès), elle co-anime un séminaire à l’UHSA de Seclin (CHRU de Lille). Ses recherches portent sur l’ambiguïté sexuelle, le pouvoir des images, le suicide et le crime.

acheter ce livre

samedi 29 septembre 2018

L'information psychiatrique 2018/7 (Volume 94) : Clinique

John Libbey Eurotext - Septembre 2018



Éditorial
Joséphine Caubel
Service public de psychiatrie : modernité ou régression, monsieur Macron, il faut choisir !

Camille Veit
Ce que Mary Barnes nous enseigne de la pair aidance

Jeffrey Aron, Elizabeth Lion, Ralph Aquila
Système de soins communautaires de Fountain House : un modèle pour l’autonomisation des personnes atteintes d’une maladie mentale grave

Yoann Loisel, Gérard Shadili, Maurice Corcos
Psychotraumatisme, addictions et fonctionnement limite à l’adolescence : l’hypothèse du complexe traumatique (abord descriptif)

Alex Raffy
Les jeunes « in-patients ». Nouveaux profils cliniques, nouvelle nosographie : les névroses actuelles de l’enfant

Philippe Amarilli
« Un monde, un langage »Réflexions sur le scientisme en psychiatrie

Paul Bercherie
Note clinique sur la question du burn outÉpuisement professionnel ou désillusion traumatique ?

Jean Broustra
Sade, entre Bastillle et Charenton : de l’insoumission créatrice au théâtre moral

Emilie Wawer, Jacques Bagur, Dorothée Charvet
Intérêts d’une prise en charge précoce des psychoses émergentes

Paul Bercherie
Bibliothèque du psychiatre

Jean-Louis Place
Analyse de livre

Sophie Cervello
Analyse de film

acheter ce livre

mardi 25 septembre 2018

Guy Massat : Les fragments d'Héraclite (traduits et commentés)

Editions Anfortas - Septembre 2018


Pour la première fois, les fragments d'Héraclite (576 - 480 av. J.-C.) trouvent une traduction faisant intervenir les dimensions de l'inconscient de Freud et de Lacan. L'auteur prend en compte le fait que dans l'antiquité grecque le terme "conscient" n'existait pas (Barbara Cassin). On y retrouve la triplicité dynamique entre l'inconscient (le sexe) l'esprit et le corps (le R.S.I. de Lacan). Le but de toute analyse est toujours le plein épanouissement de la jouissance sexuelle, même si celle-ci implique, le plus souvent ce qu'Héraclite appelle Polemos la guerre.

Guy Massat, psychanalyste, dirige le Cercle psychanalytique de Paris.

acheter ce livre

Emmanuel Maudet : Lacan (Connaître en citations)

Ellipes - Septembre 2018


Lacan est l’un des plus grands penseurs du XXe siècle ; son oeuvre, immense, a embrassé tous les domaines et questionné tous les savoirs. Il a ainsi proposé une interprétation originale de la science moderne, une lecture décapante de la tradition philosophique, une revisitation audacieuse de nos plus célèbres chefs-d’oeuvre. À le lire, n’en vient-on pas à croire qu’il n’y a rien de grand qu’il n’ait abordé ? Or cet immense travail, où cohabitent de manière inédite érudition et impertinence, procède d’une unique ambition : réinventer la psychanalyse. C’est que, pour Lacan, Freud a découvert la vérité, et qu’il est du destin de la vérité de s’engourdir en savoir. Sa mission sera donc de la réveiller. Voilà la haute entreprise, pleine d’enthousiasme, que ce petit livre se propose de retracer. Nous essaierons d’y montrer d’abord de quelle manière Lacan s’emploie à circonscrire l’irréductible originalité de la découverte freudienne, comment, ensuite, il travaille à dynamiter nos certitudes les plus assurées, à définir enfin ce qu’un analysant est en droit d’attendre d’une cure dite lacanienne.

acheter ce livre

lundi 17 septembre 2018

Charles Melman : Lacan élève effronté et impitoyable de Freud

Erès - Août 2018


Depuis 1982, Charles Melman s’attache à transmettre, à travers ses nombreux séminaires, une psychanalyse vivante à l’intention de ceux, analystes et analysants, qui osent aujourd’hui s'interroger sur la vérité de leur existence. À la suite de Lacan tout contre Freud (érès, 2017), ce volume représente la deuxième partie du séminaire qu'a tenu Charles Melman durant les quatre années, sous le titre Lecture raisonnée et critique des oeuvres de Freud et de Lacan. À partir des textes de Freud ou de Lacan (et de tant d'autres) qu'il cite, il analyse les événements du monde contemporain et surtout il interroge ces signifiants qu'on utilise abusivement en en ignorant le sel et qui semblent si évidents.

Charles Melman est le fondateur et l’inspirateur depuis 1982 de l'Association lacanienne internationale. Il était le chargé d’enseignement de l’École freudienne de Paris fondée par Lacan et le responsable de sa revue Scilicet. Il dirige actuellement la Revue lacanienne et Le Journal français de psychiatrie (JFP) publiées aux éditions érès. En plus de ses nombreux séminaires développant un abord nouveau sur l’hystérie (Nouvelles études sur l’hystérie, érès, 2010 ; La névrose obsessionnelle, érès, 2015 ; Les paranoïas, érès, 2014 ; Schreber, l’Inconscient etc., il a publié L’homme sans gravité (Denoël, 2002, réédition Folio, 2005) et La nouvelle économie psychique (érès, 2009) qui témoignent de sa perception fine et sensible de la vie de notre époque. Il a fondé l’École Pratique des hautes études en psychopathologie (EPhEP).

acheter ce livre

mardi 14 août 2018

CHIANTARETTO Jean-François, MATHA Catherine, NEAU Françoise (dir.) : L'écriture du psychanalyste

Hermann - Juillet 2018



Les psychanalystes écrivent, du moins certains d’entre eux. Mais en quoi l’écriture les concerne-t-ils et les implique-t-ils spécifiquement ? La question vaut d’autant plus aujourd’hui, et sans doute davantage en France et dans l’aire francophone, que le recours à l’écriture chez les analystes connaît une diversification sans précédent de ses formes. Peut-être qu’en parallèle avec un certain abandon du modèle de l’application de la psychanalyse à la littérature, les psychanalystes seraient non seulement de plus en plus nombreux à écrire, mais aussi de plus en plus nombreux à chercher leur écriture : à chercher leur écriture en expérimentant de nouvelles modalités de croisements entre écriture autoréférentielle et écriture fictionnelle. L’enjeu est d’échapper à l’alternative, encore dominante : soit l’entrecroisement du témoignage clinique et de l’essai, soit l’adoption des formes littéraires consacrées, comme le roman ou la nouvelle. 
Sont ainsi conviés à penser, ensemble et séparément, des psychanalystes de divers styles et de différents courants, mais aussi des écrivains et des spécialistes du texte littéraire.

acheter ce livre

lundi 13 août 2018

Jean-Louis Henrion : La cause du désir. De Lacan à Platon

Campagne Première - Août 2018


La référence à Platon, et au-delà à Socrate et aux présocratiques, semble incontournable tant à Sigmund Freud qu’à Jacques Lacan. Dans sa lecture du Banquet, Lacan définit l’agalma comme la cause du désir d’Alcibiade pour Socrate, et comme l’objet dans le transfert. Ainsi Socrate, analyste avant l’heure, met en lumière les ressorts du transfert et, par l’énigme de son désir, interroge le désir de l’analyste et, plus encore, le passage de l’analysant à l’analyste.
Jean-Louis Henrion livre une étude fine et précise des séminaires du psychanalyste français comme des textes du philosophe grec. Il souligne combien Lacan fait une lecture brillante de Platon, une lecture avec ses impasses, ses contresens, mais aussi ses fulgurances géniales : du transfert est ici en jeu.

Jean-Louis Henrion, psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, est docteur en psychopathologie fondamentale et psychanalyse. Ses recherches portent sur le transfert et la transmission de la psychanalyse.

acheter ce livre

mercredi 8 août 2018

Psychanalyse YETU 2018/2 (n° 42) : Rectification subjective

Erès - Juillet 2018


Page 5 à 19 : Juan Gabriel Vásquez - « Le corps des ruines » | Page 21 à 34 : Ramón Menéndez - Ce qui de Brentano reste chez Freud | Page 35 à 50 : Emmanuel Lehoux - Rectification subjective | Page 51 à 81 : Marie-Claire Terrier - La couleur des choses Freud sur l’Acropole | Page 83 à 97 : Nicolas Guérin - Non-identification | Page 99 à 112 : Marie-Jean Sauret - L’identification : entre aliénation et séparation | Page 113 à 120 : - Hommage à Serge Cottet | Page 121 à 138 : Jacques Podlejski - Re-passage, à deux voix | Page 139 à 151 : Juan Pablo Lucchelli - Lacan, Horkheimer et le déclin du père | Page 153 à 166 : Luminitza Claudepierre Tigirlas - Exécution au silensophone selon Luca | Page 167 à 180 : Fabienne Guillen - Symptôme et sinthome. 6e partie. Lacan, 1955-1957 | Page 181 à 189 : Pierre Bruno - Décoffrage | Page 191 à 196 : - Hommage à Guy-Félix Duportail | Page 197 : - Y etu.

acheter ce livre

vendredi 1 juin 2018

Figures de la psychanalyse 2018/1 (n° 35) : Penser le sexuel (I)

Erès - Mai 2018



Face à l’évolution du sexuel dans les sociétés, la psychanalyse est parfois dite dépassée par ce qu’elle a elle-même contribué à produire. C'est ce qui apparaît lorsqu’on lui prête d’énoncer des normes de sexualité et de sexuation, que ce soit pour le réclamer ou à l’inverse le dénoncer.
Dans les deux cas, cela la ramène à une logique patriarcale dont elle s’est séparée au long de son histoire. La psychanalyse a décrit une logique qui symbolise entièrement selon le phallus la différence entre les sexes, creusant l'absence du « rapport sexuel ». Puis elle l’a traversée, élaborant une logique nouvelle qui n’en participe pas entièrement, et qui concerne un champ très vaste, depuis le féminin jusqu’au discours analytique, depuis la sexuation jusqu’aux sexualités, de la sublimation à la pensée.

acheter ce livre

Patrick CHEMLA (dir.) : Le Collectif à venir. Psychiatrie, psychanalyse, psychothérapie institutionnelle

Erès - Mai 2018



Le Collectif à venir indique d’emblée la dimension et le projet politique de ce livre, au sens de : comment s’organiser, comment se regrouper, comment agir ensemble ? Ou encore : comment créer du commun ?
Les auteurs rassemblés par La Criée, association créée en 1986 à Reims, exercent dans des institutions psychiatriques. En s’appuyant sur ceux qui les ont précédés, et en particulier sur la pensée de Jean Oury, ils témoignent de leur résistance opiniâtre contre les folies évaluatrices et les volontés de mise au pas de la Haute Autorité de santé, qui s’institue aujourd’hui en « police de la pensée » du soin et des pratiques. Ils montrent comment leur clinique prend sens dans un collectif à construire et à entretenir en ayant le souci de tenir le cap des « praxis instituantes », autrement dit de relancer sans cesse la création de lieux d’accueil et de soins qui s’appuient sur la créativité et la parole mise en acte de ceux qui s’y tiennent : patients, soignants, mais aussi familles et personnes concernées.

Patrick Chemla est psychiatre, psychanalyste à Reims, La Criée.

acheter ce livre

lundi 28 mai 2018

LETTERiNA N° 71 - AU FIL DU DÉSIR...

Bulletin de l'Association de la Cause freudienne en Normandie - Mai 2018


L’éveil du désir
Un ado sur l’escabeau, Laurent Dupont.
L’Éveil du printemps, quand le réel de la sexualité entre en scène, Lydie Lemercier-Gemptel.

Le particulier de la rencontre
Sur un rêve analysé par Ella Sharpe, le phallus comme signifiant du désir, Francine Giorno.
L’amour, du symptôme au partenaire sinthomatique, Dalila Arpin.
La prison, faire couple avec la parole, Vaitiare Lyser.

Le désir en jeu, entre femme et mère
La femme lacanienne : de Médée à la jouissance féminine, Clotilde Leguil.
Médée de Pier Paolo Pasolini, Lydie Lemercier-Gemptel et Claire Pigeon.

Le désir de l’analyste
Les noms de l’objet dans l’angoisse phobique de l’enfant, Serge Cottet.
Élever le cas à la dignité du paradigme, Serge Cottet.
Interventions aux 47e Journées de l’ECF
D’un vide de savoir au désir de savoir, Valérie Pera-Guillot.
De l’inhibition au symptôme : sois belle et tais-toi, Marie-Claude Sureau.
Un savoir en question(s), Ariane Ducharme.
Masculinité féminine, Fabrice Bourlez.

In memoriam
Quelques mots en souvenir de Judith Miller, Philippe Lemercier.
Serge Cottet : une autorité authentique, Marie-Claude Sureau.
Une rencontre, un hommage, Nathalie Hervé-Diop.

Kiosque
À propos de La Pensée, Olivier Werner.
La Pensée, à la recherche d’une frontière, Lydie Lemercier-Gemptel et Christelle Pollefoort.

vendredi 11 mai 2018

Céline Gür Gressot et Jean-Michel Quinodoz (dir.) : L’Année psychanalytique internationale 2018

InPress - Mai 2018


L’actualité de la psychanalyse dans le monde : une sélection en français d’une dizaine d’articles du très prestigieux International Journal of Psychoanalysis

En 1920, Freud et Ernest Jones fondent The International Journal of Psychoanaly-sis (IJP), une prestigieuse revue mensuelle de psychanalyse. Cet ouvrage reprend les articles de l’IJP les plus intéressants pour le lectorat français parus au cours de l’année. La sélection est effectuée par un comité de rédaction composé de neuf psychanalystes de l’Association Internationale de Psychanalyse.
Son ambition : permettre aux psychanalystes du monde entier de confronter leurs pratiques et leurs modèles et ouvrir de nouvelles voies de réflexion. Le débat clinique et théorique entre psychanalystes est, en effet, l’instrument majeur de recherche dans cette discipline.
Sortir de son environnement linguistique et culturel pour mettre au travail ces différences, tel est l’objectif de cette prestigieuse collection. Elle est tout à la fois, une fenêtre ouverte sur le monde de la psychanalyse et sur la psychanalyse dans le monde.

acheter ce livre

mercredi 18 avril 2018

Jacques André : L'inconscient est politiquement incorrect

Stock - Avril 2018 - Essais - Documents


À l’heure du « développement personnel », du « bonheur en vingt leçons » et du devoir de « positiver », la force de la psychanalyse est de ne pas sous-estimer la violence de la vie psychique. Derrière la façade des vies « comme il faut », la folie privée est la chose du monde la mieux partagée.
Ce livre, à travers des instantanés de séances, cherche à faire entendre la parole souvent dérangeante, et en dépit du bon sens, de l’inconscient. Le bouleversement des anciennes rigidités familiales, les nouvelles libertés du choix sexuel ont le « mérite » de révéler mieux que jamais l’âpreté de la relation homme-femme, l’expérience à la fois éprouvante et passionnante de leur altérité.
Les « vérités » de la psychanalyse ne sont pas toujours bonnes à entendre – l’inconscient ignore le « politiquement correct » –, mais au moins elles ne font pas l’impasse sur la complexité des vies intérieures.

Jacques André est un psychanalyste et universitaire français. Il est l’auteur, entre autres, de La Sexualité féminine (PUF, 1994), Les 100 mots de la psychanalyse (PUF,
2009), La Sexualité masculine (PUF, 2013), Paroles d’hommes (Gallimard, 2012) et Psychanalyse, vie quotidienne (Stock, 2015).

acheter ce livre

lundi 16 avril 2018

Moustapha Safouan : La civilisation post-oedipidienne

Hermann - Avril 2018


La première affirmation de ce livre est que, loin de se confronter aux choses telles qu’elles sont en elles-mêmes, les êtres humains ont toujours vécu dans un monde déjà habité par le langage, donc culturellement institutionnalisé. Ajoutée aux effets du narcissicisme et y remédiant, cette prise dans le langage subvertit si radicalement le statut biologique du sujet parlant qu’elle substitue au caractère naturel du lien entre le besoin et son objet, le concept d’un choix d’objet. 
Dans son ensemble, ce livre est le récit de la saga qui va de l’instauration de l’Oedipe comme initiation du particulier à l’universel jusqu’à sa dégradation comme complexe psycho-pathologique, sans oublier sa disparition même depuis la prise du pouvoir politique par le néolibéralisme dans les pays anglophones au bénéfice d’une sexualité hédoniste dans une société de marché. 

Moustapha Safouan est psychanalyste, il a été l'un des premiers à suivre l’enseignement de Lacan, dès ses débuts en 1951, et est l'auteur de nombreux livres, dont : Questions psychanalytiques, Regard sur la civilisation œdipienne et Le puit de la vérité.

acheter ce livre

Jacques-alain Miller (dir.) : La psychose ordinaire - La convention d'Antibes

Navarin - Avril 2018 - Collection : Collection du paon


Dans l'histoire de la psychanalyse, on s'est intéressé tout naturellement à la psychose extraordinaire, à un Schreber, alors que ce volume présente des psychotiques plus modestes, qui se fondent dans la moyenne : la psychose compensée, la psychose supplémentée, la psychose non-déclenchée, la psychose médiquée, la psychose en thérapie, la psychose en analyse, la psychose qui évolue, la psychose sinthomée. 
Le psychotique franc comme le normal sont des variations du parlêtre. Le psychotique n'est pas une exception, et le normal n'en est pas une non plus. Tous égaux devant la jouissance, tous égaux devant la mort. On distingue, non pas des classes, mais des modes. 
Si l'Autre existe, on peut trancher par oui-ou-non, il y a des critères, des " répartitoires ". Mais quand l'Autre n'existe pas, on est dans le plus-ou-moins. Quelle est la vérité des choses humaines ? Où qu'on aille, où qu'on soit, le réel se présente sous la forme de la courbe de Gauss. 
Le certain est très rare. Puis, il y a le " sûr mais pas certain " : on sait que c'est comme ça, mais on ne peut pas le démontrer. Enfin, il y a le " pas sûr ". Nous travaillons dans le pas sûr. " Ce n'est pas sûr ", c'est la réplique universelle. On est presque toujours dans l'à-peu-près. 
S'il existe des lieux comme la Croisette, la Promenade des Anglais à Nice, les Planches de Deauville, notre Convention, c'est que la pensée est condamnée à l'approximation, à la conversation. Évidemment, il ne faut pas en faire ses délices. C'est justement parce que nous sommes dans la pratique condamnés à la pensée approximative, qu'il nous faut maintenir notre postulation vers le mathème.

SOMMAIRE

Préface

I. – LES TEXTES

LE NÉO-DÉCLENCHEMENT
Aix-Marseille, Nice, Branchements, débranchements, rebranchements
Clermont-Ferrand, Dijon, Lyon, Clinique du suspens
Lille, Recherches sur le début de la psychose

LA NÉO-CONVERSION
Bordeaux, Usages du corps et symptômes
Chauny-Prémontré, Rouen, Phénomènes de corps et structures
Nantes, Rennes, Phénomènes corporels chez des patients masculins

LE NÉO-TRANSFERT
Angers, Lalangue du transfert dans les psychoses
Bruxelles, Le transfert et psychose aux limites
Toulouse, Le psychanalyste comme aide contre

Les auteurs

II. –LA CONVENTION

OUVERTURE
1 –Triptyque
2 –La Convention mode d'emploi
3 –Clinique floue

DU PATHOLOGIQUE AU NORMAL
4 –Troubles du langage
5 –Jouir du langage
6 –La pfuït ! du sens
7 –Continuité-discontinuité
8 –Psychoses chêne et roseau

DE L'OPÉRA AU THÉÂTRE DE POCHE
9 –Le désir est son masque
10 –Des phénomènes d'ordre métonymique
11 –Invention sur mesure et prêt-à-porter
12 –Conversion du signifiant et localisation de la libido
13 –Conversion du symbolique au réel
14 –La béance mortifère
15 –Corps, chair, cadavre

DU PSYCHOTIQUE À L'ANALYSTE
16 –Du savoir supposé à lalangue exposée
17 –La langue et le lien social
18 –Décomposition spectrale du langage
19 –Word and Object
20 –Langue publique et langue privée
21 –Comment le sujet psychotique peut-il se servir de nous ?
22 –Les conditions de la conversation avec un psychotique

acheter ce livre