mercredi 31 janvier 2018

Eudes Semeria : Le harcèlement fusionnel

Albin Michel - Janvier 2018


Une mère possessive, un conjoint jaloux, un fils adulte qu'il faut sans cesse soutenir, une soeur instable... Dans ces diverses situations, où un proche en dépendance affective vous " bouffe la vie ", se cache une forme de harcèlement encore méconnue. Non pas un harcèlement moral, mais un harcèlement fusionnel. Les demandes répétées et le besoin d'aide permanent d'un adulte affectivement dépendant constituent en effet un harcèlement du " faible " sur le " fort " qui fait de lui un persécuteur qui s'ignore. A partir de nombreux exemples, Eudes Séméria, psychologue clinicien et psychothérapeute, aborde les répercussions de la dépendance affective sur l'entourage, jusqu'ici peu pris en compte. Surtout, il décrit les ressorts du harcèlement fusionnel tout en montrant comment les " aidants " et leurs proches peuvent ensemble se libérer de ce cercle vicieux.

acheter ce livre

mardi 30 janvier 2018

Saverio Tomasella et Marcel Saucet : La marque sur le divan

Bréal - Janvier 2018


La marque est de plus en plus considérée comme le principal levier du succès commercial d'une entreprise, elle est une garantie pour les consommateurs lors de leurs décisions d'achat et peut également donner un sentiment de fierté aux employés qui travaillent pour elle. Pourtant, jusqu'à présent, elle a surtout été étudiée d'un point de vue quantitatif. L'approche proposée dans ce livre est radicalement différente. Elle se fonde sur une exploration en profondeur des marques, de leur histoire, des motivations personnelles de leurs créateurs, des conflits internes et des résistances qui président à leur fondation et à leur évolution. En allant à la rencontre de son inconscient, une marque peut choisir de devenir sciemment porteuse d'un mythe qui exprime sa véritable identité, donc de trouver un accord efficace entre positionnement émis par l'entreprise et positionnement perçu par les consommateurs. Cet ouvrage pose la thèse qu'il existe une relation inconsciente entre la marque et son consommateur et que cette relation est l'un des nouveaux fondements de la société de consommation.

Saverio Tomasella est docteur en management, docteur en psychologie, psychanalyste et chercheur. Marcel Saucet est docteur en management, professeur-chercheur à l'IPAG et l'université de San Diego (Californie), conférencier, auteur et entrepreneur.

acheter ce livre

lundi 29 janvier 2018

Alfredo Zenoni : Le corps de l'être parlant: De l'évolutionnisme à la psychanalyse. 2e édition augmentée

Presses universitaires de Rennes - Janvier 2018 - Collection : Clinique psychanalytique et psychopathologie


Il n’y a pas d’antinomie entre la psychanalyse et la biologie, car elles traitent de phénomènes d’un ordre différent, leur causalité n’est pas la même. Par contre, il existe une divergence entre deux orientations du mouvement psychanalytique selon qu’un rapport d’ « interaction » des phénomènes psychanalytique avec un niveau biologique est postulé ou non. Dans le premier cas, la psychanalyse est conçue comme la branche psychologique d’une conception englobante et préexistante de l’être humain comme composé bio-psycho-social. Dans l’autre, qui marque une coupure avec cette conception, ce qui est mis en avant, c’est plutôt l’incidence pour ainsi dire d’une « autre biologie » qui est spécifique de l’être parlant. C’est l’orientation prise par Lacan. Un rapport différent au paradigme évolutionniste reflète cette divergence. C’est à la lumière de cette différence de rapport à l’évolutionnisme et de lecture de Freud que les principales notions psychanalytiques ayant trait au corps de l’être parlant sont exposées dans cet ouvrage.

Psychanalyste à Bruxelles, membre de l'Ecole de la Cause freudienne, docteur en psychologie (Université catholique de Louvain), Alfredo Zenoni est également enseignant à la "Section clinique" de Bruxelles (rattachée au Département de psychanalyse de Paris VIII). Il a publié L'autre pratique clinique, Erès, Toulouse, 2009 et de nombreux articles dans des revues de psychanalyse (Quarto, La Cause freudienne, Ornicar ?, Mental) et de psychiatrie.

acheter ce livre

dimanche 28 janvier 2018

Topique 2017/4 (n°141) : Conflits individuels et sociétaux

L'esprit du temps - Janvier 2018


Page 5 à 6 : Sophie de Mijolla-Mellor - Éditorial | Page 7 à 13 : Henri-Pierre Bass - Le couple comme groupe | Page 15 à 24 : Sophie de Mijolla-Mellor - Dualité ou duel dans le couple | Page 25 à 34 : Jean-Marie Brohm - Les conflits dans le couple | Page 35 à 50 : Helga Krüger-Kirn - Corps, genre et pratiques sexuelles dans le couple | Page 51 à 61 : Angela Moré, Brigitte Demeure - Dimensions sociales des conflits interpersonnels | Page 63 à 79 : Anne-Claire Dobrzynski, Albert Ciccone - Maillage transdisciplinaire et esprit démocratique : clinique des agirs violents à l’adolescence | Page 81 à 91 : Joëlle Bordet - Recevoir les protestations, les refus, les contestations des jeunes des quartiers populaires urbains, pour les accueillir au monde et renouveler la démocratie | Page 93 à 105 : Anne Perret - Quelles réponses aux actings-out adolescents ? | Page 107 à 115 : Jorge Gravanita, Maria Belo, Jean Sarzana - La Famille au-delà des Frontières | Page 117 à 130 : Roxane Dejours - Alcoolisations massives et débordements collectifs dans les grandes écoles : de la contestation à la soumission | Page 131 à 144 : Karla Patrícia Holanda Martins, Daniel Kupermann - Faim et témoignage : expériences traumatiques dans la clinique et dans la culture.

acheter ce livre

samedi 27 janvier 2018

Journal français de psychiatrie 2017/1 (n°45) : Automatisme mental. Histoire et clinique d’un concept controversé

Erès - Janvier 2018


Page 5 à 6 : Jean-Marc Faucher - Éditorial | Page 7 à 10 : Marcel Czermak - Introduction | Page 11 à 25 : Georges Daumezon, Georges Lanteri-Laura - La signification sémiologique de l’automatisme mental de Clérambault | Page 26 à 29 : Jean Garrabé - Psychoses à base d’automatisme | Page 30 à 31 : Jean-Marc Faucher - À propos du contexte où furent reçus les travaux de Clérambault | Page 32 à 41 : Jérémie Sinzelle - Automatisme et langage intérieur dans la démence précoce de Kraepelin | Page 42 à 47 : Sarah Troubé - Y a-t-il des modèles neurocognitifs de l’automatisme mental ? | Page 48 à 51 : Charles Melman - Entretien avec Mademoiselle V. | Page 52 : Jean-Marc Faucher - Lendemain de présentation | Page 53 à 62 : Clément Fromentin - Automatisme mental ou représentation de contrainte obsessionnelle ? | Page 63 à 69 : Pierre Arel - Le passage du petit au grand automatisme mental et au-delà | Page 70 à 74 : Jean-Jacques Tyszler - Parole vide, parole pleine, parole imposée | Page 75 à 82 : Éva-Marie Golder - Les vœux et les voix se sont mis ensemble | Page 83 à 98 : Dominique de Quay, Laetitia Putigny-Ravet, Beila Sciamma-Danan, Éva-Marie Golder - L’automatisme mental chez l’enfant | Page 99 à 103 : Nicolas Dissez - Un traitement moderne de l’automatisme mental : le Réseau des entendeurs de voix | Page 104 à 114 : Rémi Tevissen - Le sujet à la lettre des météores de l’automatisme mental | Page 115 à 123 : Jean-Marc Faucher - Seconde topique et automatisme mental | Page 124 à 126 : Thierry Jean - À propos de l’ouvrage de Jean-Marc Faucher L’automatisme mental | Page 127 : - Lettre du Docteur A.

acheter ce livre

vendredi 26 janvier 2018

Revue internationale de philosophie 2017/4 (n° 282) : Psychoanalysis and Literature

Association Revue internationale de philosophie - Janvier 2018


Page 381 à 384 : Paul Earlie - Psychoanalysis and Literature: The Challenge of Cliché | Page 385 à 399 : Lois Oppenheim - Beckett and Neuropsychoanalysis | Page 401 à 414 : Susan Rowland - Against Anthropocene: Transdisciplinarity and Dionysus in Jungian Ecocriticism | Page 415 à 430 : Paul Earlie - The Rhetoric of Theatre: Maeterlinck with Freud | Page 431 à 444 : Tom Eyers - Can Literary Form Be Psychoanalyzed? | Page 445 à 456 : Elizabeth Rottenberg - Psychoanalysis and the Language of Chance | Page 457 à 461 : Natalie Strobach - A Concise Companion to Psychoanalysis, Literature, and Culture, ed. Laura Marcus and Ankhi Mukherjee (Malden, MA: Wiley Blackwell, 2014)..

acheter ce livre

Hubert Ricard : De Platon à Wittgenstein. Lectures lacaniennes

EME Editions - Juin 2017



Les thèses de Lacan viennent de sa pratique, mais il avait articulé celles-ci dans un cadre théorique très élaboré. De Platon et Descartes jusqu'à Heidegger ou Wittgenstein, en passant par Kant et Hegel, Lacan a lu avec attention les grands philosophes. Le refondateur de la psychanalyse, à l'encontre des scolastiques de la psyché qu'il a sans cesse combattues, avait affaire à la vérité - à la vérité freudienne, celle des sujets qui s'analysent, mais aussi aux articulations de savoir qui prennent une place primordiale dans l'élaboration de son immense séminaire - qui constitue une des créations les plus puissantes de notre temps. Les grands philosophes y sont fréquemment interrogés dans leur pensée fondamentale et jusqu'à leur point de butée que Lacan nommait l'impossible et qu'il tentait de déborder à partir des (quatre) concepts fondamentaux de Freud et en posant avec l'objet a le registre du Réel et le primat de l'écriture.
Le livre de Hubert Ricard De Platon à Wittgenstein analyse les références de Lacan à la philosophie et manifeste ainsi une des données de base essentielles de son effort de théorisation.

Hubert RICARD - Agrégé de philosophie, psychanalyste et membre de l'Association lacanienne internationale., il est également professeur honoraire de Lettres supérieures.

acheter ce livre

mercredi 24 janvier 2018

Colette Soler : Un autre Narcisse. Cours 2016-2017

Editions du Champ lacanien - Novembre 2017


Il s'agit dans ce livre du narcissisme de ce début de siècle. Le narcissisme est à la mode, on le voit partout, on le déplore autant qu'on le partage, mais ce n'est pas dire qu'on le conçoive bien. Lacan, lui, est passé à une conception élargie et complétée plus ajustée à la subjectivité de l'époque, qui va du petit Narcisse du stade du miroir, à un narcissisme plus global qui engage le corps dans toutes ses dimensions, outre celle de l'image qui se voit, celle de la parole qui le "relie", et aussi celle de son réel.

Colette Soler pratique et enseigne la psychanalyse à Paris. Agrégée de l'Université en philosophie, et docteur en psychologie, c'est sa rencontre avec l'enseignement et la personne de Jacques Lacan qui lui fit choisir la psychanalyse. Elle fut membre de l'Ecole freudienne de Paris, et après sa dissolution, Directrice de l'Ecole de la Cause freudienne, puis à l'origine du mouvement de l'Internationale des Forums et de son Ecole de psychanalyse.

acheter ce livre

lundi 22 janvier 2018

Erik Porge : La sublimation, une érotique pour la psychanalyse

Erès - Février 2017


Dans son retour à Freud, Lacan a fourni à la sublimation les bases structurales d’une approche qui l’inscrit dans le cadre de « l’avènement exigé d’une érotique pour la psychanalyse », résolvant ainsi certaines contradictions qui pouvaient être engendrées à partir de Freud. Erik Porge part du concept de pulsion chez Freud, en problématise les ambiguïtés et insuffisances. Il montre comment Lacan y a pris appui pour redéfinir la pulsion à partir de repères structuraux nouveaux (la Chose, la satisfaction de la répétition de la mêmeté de la différence, l’incommensurabilité de l’objet cause de désir ...). La sublimation est au carrefour de points fondamentaux de la théorie analytique, telle la question de la satisfaction des pulsions, et elle « révèle le caractère propre de la pulsion sexuelle ».

acheter ce livre

dimanche 21 janvier 2018

Psychologie clinique et projective / 2017 : Empreintes et destins des idéaux

Erès - Décembre 2017


Les idéaux structurent et animent notre vie psychique, tout à la fois dans ses formations intrapsychiques (Surmoi, Idéal du Moi, Moi Idéal, définis par Freud dans sa conception topique) et ses engagements intersubjectifs. En soutenant les processus identificatoires, ils peuvent être source de gratification et de renforcement du moi comme se révéler tyranniques et destructeurs. La traversée des âges de la vie met à l’épreuve la capacité à tolérer un certain nombre d’illusions ou de reports au lendemain de ses aspirations.

Ce numéro explore les traductions projectives des empreintes et du destin des idéaux dans leurs inscriptions individuelles et développementales mais aussi dans leurs implications groupales et/ou familiales, au sein des différentes configurations cliniques et psycho-pathologiques. Les différentes épreuves projectives (des « classiques » comme le Rorschach et les épreuves thématiques aux plus actuelles comme le génogramme libre), dans leurs sollicitations narcissiques-identitaires et objectales-identificatoires, invitent tout particulièrement à une analyse du rapport à l’idéal, dans ses dimensions structurantes et délétères. Elles constituent à cet égard des appuis précieux pour la clinique, pour l’évaluation du fonctionnement psychique et la réflexion sur les projets thérapeutiques.

acheter ce livre

samedi 20 janvier 2018

Association La Maison Verte : Prévention, vous avez dit prévention ?

L"Harmattan - Janvier 2018 - Etudes psychanalytiques


Admis et partagé par l'ensemble des intervenants dans les lieux d'accueil Enfants-Parents, le terme de "Prévention" reste trop générique pour préciser la pratique et l'encadrement des troubles et dysfonctionnements importants auxquels il s'applique. Cet ouvrage retranscrit le colloque de La Maison Verte, lieu d'accueil ouvert aux jeunes enfants et aux parents, qui s'est tenu en janvier 2017.

La Maison Verte a ouvert ses portes en janvier 1979 à Paris dans le 15e arrondissement. Il s'agissait d'offrir un lieu ouvert sur la cité où le tout-petit et ses parents pourraient venir quand ils le désiraient, sans rendez-vous, sans nécessité de formuler une demande. Dans cet espace, les accueillants se rendent disponibles pour écouter les questions que posent les tout-petits et aussi celles qui surgissent naturellement chez tout nouveau parent. C'est pour soutenir cette idée que Françoise Dolto et quelques autres ont élaboré un dispositif s'appuyant sur trois principes : la présence des parents avec l'enfant, l'anonymat, la participation financière demandée aux parents.

acheter ce livre

vendredi 19 janvier 2018

Marina Aguilar Salinas : Littérature agraphique : quel type de jouissance ? Une approche psychanalytique d'orientation lacanienne

Éditions universitaires européennes - Octobre 2017


La présente recherche part du ratage généralisé de la littérature contemporaine. La théorie des six paradigmes de la jouissance développée par Jacques-Alain Miller peut nous éclairer à propos des écrivains agraphiques, ceux qui ont des sérieux problèmes pour écrire depuis -et même avant- Kafka jusqu'à nos jours. Nous proposons une étude de ce que l’écrivain barcelonais Enrique Vila-Matas nomme la « littérature de la négation». Il suggère qu’il existe une incapacité à écrire dans la littérature contemporaine qui s'est répandue depuis la fin du XIXe siècle. Le terme lacanien de lalangue met sur la piste d'un type de jouissance: la jouissance de l’Un, jouissance sinthomatique de la littérature du non. Le sinthome consiste à dire non au désir de l’Autre. Cela ne constitue aucun critère diagnostique différentiel. Précisément, en cela consiste sa validité aussi bien pour le cas de la névrose que pour celui de la psychose ou de la perversion. Indépendamment de la structure du sujet, la jouissance de l'écriture de la Négation se passe de l’Autre là où il fait appel avec son désir. C’est une fuite.

Marina Aguilar Salinas est titulaire d’une Licence de Philosophie, un Master de Philosophie et un Master de Psychanalyse. Son travail aborde la notion de narration en rapport avec l’impossible. Elle a publié des récits de fiction, des nouvelles et des essais.

acheter ce livre

Abords 35-36 : La psychanalyse vivante. Qu’est-ce que psychanalyser au XXIe siècle ?

Bulletin de L'ACF-MAP - Décembre 2017



Éditorial

Élisabeth Pontier

L’AMOUR EN TOUTE(S) LETTRE(S)

2+0+1=2

Esthela Solano-Suárez

Une lettre d’âmour

Françoise Haccoun

Folie d’amour, folie féminine

Béatrice Marty

Marthe Robin, corps « folié »

et amour « fou »

Benoît Kasolter

Lettre d’amour :

un savoir sur le non-rapport sexuel

Isabelle Bayer-Moïa

Les lettres d’amour non envoyées

Élisabeth Pontier

Une lettre d’âmour – Que sont un homme et une femme pour la psychanalyse d’orientation lacanienne ?

Dalila Arpin

ÉTUDES

Introduction

Dominique Pasco et Patrick Roux

Barbey d’Aurevilly avec Lacan

Don Juan, prédation ou comptage ?

Hervé Castanet

Le transfert inaugural : l’amitié entre Sigmund Freud et Wilhelm Fliess

Patrick Roux

Théorie du passage à l’acte : le crime des sœurs Papin

Marie-Claude Pezron

Le corps du schizophrène

Philippe Devesa

La parole et son bruissement

Carine Thieux

Le corps dans tous ses états

Patrick Monribot

NUIT DE BOUT EN BOUT DE LA PSYCHANALYSE, DES ARTS VIDÉO ET DE LA PERFORMANCE

ART ET PSYCHANALYSE

Vivre ensemble ?

Pamela King

Collection

Gérard Wajcman

De la sublimation à l’S.K.beau

Françoise Denan

Utopies de Roland Barthes

Pierre Falicon

PLUME ALERTE

Plume alerte : le désir au fil des pages

Sylvie Goumet

Quand la pensée vient au corps

Marcher, courir, nager, Le corps en fuite, Philippe Mengue

Sylvie Goumet

Préface au livre de Serge Moro :

Brèves de trail, Aphorismes et Billevesées

Un coureur avisé

Jacques Ruff

La fabrication des enfants

Claudine Boiteux

Destins du désir, Études cliniques

Pierre Falicon

Entrées dans la psychose, Études cliniques

Chantal Bonneau

À propos de L’envers de la biopolitique. Une écriture pour la jouissance

Laurence Martin

À propos de Comprendre Jacques-Alain Miller

Une interview de Hervé Castanet »


mercredi 17 janvier 2018

Insistance n°7 : Clinique, écriture et poésie de l'Hilflosigkeit

Erès - Octobre 2017


Freud a reconnu dans la détresse une expérience incontournable et inhérente à la condition humaine, qui est celle d'être jeté dans l'étranger, dans une dépendance absolue à l'Autre et confronté à l'énigme de son désir. Pour désigner ce qui est un véritable acte de naissance du sujet, Freud a recouru à un terme de l'allemand courant, Hilflosigkeit, sans en faire un concept. Avec Lacan, la dimension tragique de ce passage primordial se trouve accentuée par sa mise en perspective avec la fin de l'analyse.
Aussi fréquente que soit la détresse, dans les situations les plus extrêmes de la vie comme dans la répétition transférentielle, elle a cette propriété très particulière de donner lieu à certains renversements : avec l'Hilflosigkeit la déréliction peut se muer en béatitude, voire en extase ; les frontières entre l'intérieur et l'extérieur s'estompent, laissant place à ce qui pourrait s'appeler une relation intime avec le réel.
De déliaison en déliaison, se profile une position orpheline où se jouent les destins paradoxaux de la rencontre avec le « sans fond » : consentir à ce risque, s'y exposer, c'est pouvoir prendre appui sur le vide, du côté de la création. Y être exposé serait encourir le risque d'être perdu. Entre ces deux-à-pics s'ouvre l'écart acrobatique que l'artiste tenterait de maintenir.

acheter ce livre

mardi 16 janvier 2018

Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe 2017/2 (n° 69) : Le groupe et l'étranger

Erès - Janvier 2018


Page 5 à 7 : Denis Mellier, Henri-Pierre Bass - Introduction. Une radicale étrangeté au cœur du groupe | Page 9 à 18 : Klimis Navridis - L’être-ange et l’être-d’ailleurs dans le groupe | Page 19 à 35 : Jean-Pierre Vidal - Le groupe et l’« étrangéreté » inassimilable de l’inconscient freudien ! « Une révolution képlérienne inaccomplie » ! | Page 37 à 51 : Jean-Bernard Chapelier - Scazzicare : des rites de possession à l’analyse de groupe | Page 53 à 62 : Haydée Popper-Gurassa - Accueillir l’étranger ? | Page 63 à 75 : Emmanuel Diet - L’accueil du « nouveau » | Page 77 à 91 : Bernard Duez - De l’intime intrus à l’étranger et à l’Autre de l’autre | Page 93 à 102 : Philippe Drweski - Le double étranger : une configuration du lien et de l’identité | Page 103 à 116 : Radu Clit - L’appartenance, le double et l’ensemble en psychothérapie psychanalytique de groupe | Page 117 à 129 : Vincent Cornalba - Désaveu et pactes inconscients dans la clinique en placement familial | Page 131 à 145 : Anastasia Toliou - Un étranger en soi. Groupe analytique en cothérapie et psychose au long cours | Page 147 à 158 : Aurélie Maurin, Bernard Pechberty - De la pluridisciplinarité dans un groupe d’analyse des pratiques professionnelles : illusion corporatiste et figures de l’étranger | Page 159 à 171 : Catherine David - Quand la reconnaissance de l’intimité professionnelle stimule l’accueil de l’étranger | Page 173 à 181 : Jaak Le Roy - Recherches et dispositifs transculturels dans l’œuvre de Jean Claude Rouchy | Page 183 à 192 : René Kaës - Le concept de groupe d’appartenance et le problème de migration des concepts | Page 193 à 198 : Édith Lecourt - Silence collectif et bruissement de groupe à propos de crypte et d’incorporats culturels | Page 199 à 214 : Élisabeth Darchis - Le parcours précurseur de Jean Claude Rouchy. Réflexions et souvenirs sur l’enseignement du transfert dans le groupe | Page 215 à 227 : Pablo Castanho, Maria Inês Assumpção Fernandes - A psychoanalytical perspective on small multilingual groups: at the crossroads of political, historical, cultural, group and individual phenomena | Page 229 à 238 : - Notes de lecture.

acheter ce livre

lundi 15 janvier 2018

Collectif : Et si nos vies n’étaient qu’énigme ?

Champ Social - Septembre 2017 - Collection : Psychanalyse


Il y a chez l’être humain – parlêtre dirait Lacan – cette vibration intime et secrète de la chair depuis que le Verbe l’a percuté et cette vibration, cette pulsation, c’est le vivant.
Depuis toujours, l’homme a été intrigué par ce vivant mystérieux. Il a voulu le comprendre, l’expliquer, le maitriser, l’évaluer, etc.
Il en appelé à l’écriture, à l’image, à la philosophie, aux mathématiques, à l’art, aux religions, et plus que jamais à la science. Ainsi sommes nous passés de Thalès calculant la hauteur de la pyramide de Khéops en mesurant l’ombre portée de son corps, à Armstrong marchant sur la lune…
La science dont la fonction est d’établir des rapports n’avait pas, jusqu’à il y quelques décennies, répondu aux « origines » et aux « fins ». Désormais, elle le veut. Et le prouve en dissociant, par exemple, la parentalité de la reproduction ou en nous promettant l’éternité ! 
Naguère, la puissance du réel était dévolue au divin. Désormais, le discours scientifique s’en empare prouvant une fois de plus que rien n’est plus insupportable que le réel, rien n’est plus déconcertant que l’impossible à dire et à se représenter. Alors, autant le confondre, ce réel, avec la réalité !
Mais, paradoxalement, plus ce discours se veut riche de promesses et plus notre errance s’accroit, ne sachant pas davantage d’où nous venons ni même où nous allons.
« L’(psy) analyse trouve sa diffusion en ceci qu’elle met en question la science comme telle- science pour autant qu’elle fait de l’objet un sujet, alors que c’est le sujet qui est de lui même divisé. » Lacan, Séminaire XXIII, p. 36.

Les auteurs : Marc Lévy, Augustin Menard, Patrick Lévy, Esthela Solano, Jacques Borie, J.-P. Laumont, Catherine Vidal, Valerie Arrault, J.-D. Causse, J.-M. Besnier.

Actes du colloque organisé par le Collège des humanités les 24 et 25 septembre 2016.

acheter ce livre

dimanche 14 janvier 2018

René Frydman et‎ Muriel Flis-Trèves (dir.) : La mémoire nous joue-t-elle des tours ? Colloque GYPSY XVII

PUF - Janvier 2018


Quel est le plus déconcertant dans la mémoire, que l'on se souvienne ou que l'on oublie ? Se souvient-on davantage des drames ou des événements heureux ? Pourquoi un mot ou une image peuvent-ils faire revenir la mémoire ? Souvenirs et mémoire, est-ce identique ? Si la mémoire ramène au présent ce qui est oublié, elle est supposée enregistrer des informations venant d'expériences et d'événements divers, les conserver et les restituer. Elle a aussi pour fonction de donner une représentation présente d'une chose absente. Mais ce n'est pas si simple. Les émotions influencent la mémorisation, certains souvenirs nous hantent répétitivement, insistent, têtus, alors qu'à l'inverse des pans de mémoire sont effacés, comme dans le cas de certaines maladies impliquant une dégénérescence neurologique. Des mémoires refoulées resurgissent en traces dans la cure psychanalytique, et la mémoire post-traumatique s'inscrit dans l'histoire d'un destin et de ses origines. Si les souvenirs ne sont pas exacts, au moins sont-ils vrais ? Est-il possible de créer des souvenirs et peut-être de créer des faux souvenirs ? Capricieuse, intermittente, la mémoire nous joue des tours, toute sorte de tours et même de détours.

acheter ce livre

samedi 13 janvier 2018

George-Henri Melenotte : Freud incognito. Danse avec Moïse

Epel - Septembre 2017


En extrayant son Moïse du marbre, Michel-Ange savait-il qu'un certain Sigmund Freud allait bien plus tard danser autour ? Il s'ensuivit un article publié incognito, sans que son auteur en ait jamais donné la raison. Un détail intéresse tout spécialement Freud : le mouvement de la main droite de la statue, qui la sort de l'immobilité du marbre et dont la trace subsiste dans le cordon de barbe du prophète. Ayant élu une sculpture, Freud pouvait-il en rendre compte comme il l'avait fait pour le rêve, le symptôme, le mot d'esprit, par une interprétation d'ordre symbolique ? C'est bien plutôt un certain espace que découvre ici George-Henri Melenotte, où se meuvent Freud et Moïse, cet espace entre à propos duquel Lacan avait discrètement fourni de précieuses indications.

acheter ce livre

vendredi 12 janvier 2018

Martin Joubert : A quoi pensent les autistes ?

Gallimard - Janvier 2018 - Collection : Connaissance de l'inconscient


Martin Joubert prend le chemin long, nécessaire pour communiquer avec les autistes et faire entendre au lecteur ce dont il s'agit, le faire entrer dans la séance et dans un environnement où rien ne paraît apte à border l'espace psychique, environnement qui n'environne pas véritablement. Laurent décrypte toujours plus de signes auxquels il lui faut, un par un, accorder une signification. S'il comprend beaucoup de choses, c'est avec la tête. Il utilise un langage élaboré et se sert de son intelligence et de sa bonne mémoire pour comprendre le monde en posant des questions ciblées : Ca veut dire quoi : manger un peu de tout ? Pourquoi les grands-parents c'est les parents des parents ? C'est quoi un pays d'aide au tiers-monde ? Le "monde-d'après-Laurent" semble un assemblage énigmatique de facettes sans nombre, à expliciter chaque fois. Un énoncé de signifiants à multiples résonances le rend confus. "Il m'interroge comme si j'étais une sorte de Sibylle qui posséderait toutes les réponses, à ceci près que la Sibylle était ironique : elle se moquait des humains en jouant sur leur propre désir. Laurent, lui, est d'un sérieux absolu et le sérieux de sa question s'impose à moi. Pas question de se défiler dans une pirouette : il le sentirait tout de suite et se retirerait dans son monde. On se croirait égaré avec lui dans une bibliothèque de Babel à la Borges avec, dans chaque case, non un livre, mais la réponse à l'une de ses questions."

Martin Joubert est pédopsychiatre et membre de la Société psychanalytique de Paris. Il a publié L'enfant autiste et le psychanalyste en 2009.

acheter ce livre

jeudi 11 janvier 2018

Connexions 2017/2 (n° 108) : Clinique des groupes et des institutions. Perspectives ouvertes par l'oeuvre de Jean Claude Rouchy

Erès - Janvier 2018


Psychologue, psychosociologue, psychanalyste, analyste de groupe et d’institution, Jean-Claude Rouchy a contribué à fonder et à développer la clinique des groupes et des institutions. Ce numéro de Connexions met en perspective ses engagements de clinicien et ses théorisations.
Pour soutenir et transmettre ses différentes pratiques, il a déployé une intense activité de publication, personnelle et collective, et assuré les fonctions de rédacteur en chef de la revue Connexions ainsi que de la Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe avec Jacqueline Falguière.
Il s’est engagé dans des activités associatives destinées à offrir un espace d’élaboration partagée pour ses membres et proposer des formations aux praticiens, en créant l’ARIP avec Eugène Enriquez et Guy Palmade notamment, l’Association européenne d’analyse transculturelle de groupe et l’Association européenne d’analyse de groupe et d’institution Transition.
L’activité clinique et institutionnelle foisonnante de Jean-Claude Rouchy a donné lieu à des propositions méthodologiques et conceptuelles novatrices qui ont à être revisitées.
Ce numéro restitue les théorisations originales qui ont été les siennes et en dégage les prolongements au travers de quatre axes princeps : l’analyse de groupe, les interventions dans les institutions, les rapports entre inter- et transculturel, et le transgénérationnel. Des témoignages de praticiens et de responsables d’institutions qui ont bénéficié de son accompagnement, des contributions sur les dynamiques associatives, les enjeux de transmission et le devenir des associations ayant pour objet l’analyse de groupe et d’institution complètent ce numéro.

acheter ce livre

mercredi 10 janvier 2018

Revue française de psychanalyse 2017/5 (Vol. 81) : Interpréter

PUF - Janvier 2018


Page 1297 : - Produire un domaine intermédiaire | Page 1301 à 1365 : Emmanuelle Chervet - Patient, et interprète. Le domaine intermédiaire | Page 1366 à 1372 : Philippe Valon - Pensée interprétante, joueuse ou rêveuse ? | Page 1373 à 1379 : Dominique Cupa - Les sensations de processus, la sensibilité inconsciente de l’interprète | Page 1380 à 1384 : Elda Abrevaya - Le transitionnel, le rêve et l’interprétation | Page 1385 à 1389 : Luc Michel - L’analyste comme relanceur ou lanceur d’alerte | Page 1390 à 1394 : Sylvia Cabrera - Mon analyste débloque ! Pensée interprétante et interprétation du patient | Page 1395 à 1444 : Brigitte Eoche-Duval - L’interprétation analytique : un acte subversif | Page 1445 à 1454 : Gérard Szwec - Les identifications à l’œuvre dans l’interprétation | Page 1455 à 1460 : Gérard Bayle - Effroi, rage, tout vole en éclats. Processus de confiance | Page 1461 à 1466 : Guy Cabrol - Une métaphore à l’œuvre : Ravel, Ravel, Unravel | Page 1467 à 1472 : Jérôme Glas - Une épanadiplose analytique, ou l’action de la forme de la castration | Page 1473 à 1478 : Marina Breccia - Le moteur de l’interprétation dans un binôme | Page 1479 à 1484 : Gilbert Diatkine - L’interprétation et la rencontre analytique | Page 1485 à 1488 : Laurent Danon-Boileau - Qu’est ce qui fonctionne quand ça fonctionne ? | Page 1489 à 1495 : Guy Lavallée - Altérité et subjectivation | Page 1496 à 1502 : Rosine Jozef Perelberg - Rêves, hallucinations, transformations | Page 1503 à 1509 : Béatrice Ithier - Destins de l’interprétation du rêve | Page 1510 à 1516 : Bernard Brusset - L’interprétation des souvenirs d’enfance | Page 1517 à 1522 : Annette Thomé-Renault - Densification du masochisme érogène, préalable à l’interprétation | Page 1523 à 1528 : Jean-Louis Baldacci - Donner parole, donner silence | Page 1529 à 1534 : Patrick Miller - Les mots des autres | Page 1535 à 1541 : Dieter Bürgin - Donner la parole… | Page 1542 à 1547 : Élisabeth Cialdella-Ravet - Funeste silence | Page 1548 à 1553 : Anne Denis - Les causes efficientes de l’interprétation | Page 1554 à 1559 : Nicole Carels - Topique et mouvance de l’interprétation | Page 1560 à 1565 : Gérard Lucas - L’interprétation en analyse avec les enfants : des spécificités ? | Page 1566 à 1571 : Jean-Philippe Dubois - Mise en représentation avec l’enfant | Page 1572 à 1577 : Jacques Angelergues - Interpréter le bébé ? Le travail du psychanalyste avec les bébés et leurs parents | Page 1578 à 1583 : Cosimo Schinaia - Figures de la clandestinité psychique. Autour de l’interprétation dans un cas de pédophilie occasionnelle | Page 1584 à 1589 : Adela Abella - La relation du psychanalyste avec l’interprétation | Page 1590 à 1595 : Augustin Jeanneau - Vérité et réalité, note sur l’interprétation délirante | Page 1596 à 1601 : Martine Girard - La révélation de la certitude : ces interprétations qui n’en sont pas | Page 1602 à 1608 : Françoise Labbé - De la folie de l’interprétation à l’interprétation de la folie | Page 1609 à 1614 : Claude Barazer - Couleur « émeraude » | Page 1615 à 1620 : Sylvie Pons-Nicolas - Prélude à l’interprétation dans le transfert passionnel | Page 1621 à 1626 : Maurice Khoury - Interpréter ; une priorité ? | Page 1627 à 1632 : Manica Mauro - Avec bon vent et avec bonne houle. Au-delà de l’interpréter : quelques considérations sur le développement des contenants | Page 1633 à 1639 : Jacques Dufour - L’obsession du sens et l’émergence du vivant | Page 1640 à 1645 : Bernard Chervet - Interpréter, entre reconnaître et falsifier la réalité | Page 1646 à 1657 : Daniel Mesguich - Théâtre et interprétation | Page 1658 à 1664 : Georges Pragier - Lire, c’est interpréter | Page 1665 à 1670 : Jean H. Guégan - Visées de l’interprétation | Page 1671 à 1676 : Brindusa Orasanu - Patient, lacrimae rerum, interprète.

acheter ce livre

mardi 9 janvier 2018

Clotilde Leguil : "Je". Une traversée des identités

PUF - Janvier 2018


Il y en a aujourd'hui qui haïssent le « Je », qui déclarent sa fin prochaine, ou même sa disparition accomplie. Il y en a qui préfèrent le « Nous », l'identité qui peut se partager ; d'autres encore qui préfèrent le « Il » scientifique, l'identité qui peut se compter. Comment alors continuer à être « Je » lorsque l'époque tend à faire disparaître la nécessité d'un rapport subjectivé à son existence ? Le narcissisme de masse se présente paradoxalement comme un effort pour continuer à exister en première personne dans le monde uniforme de la globalisation. Mais n'est-ce pas là un autre piège ? Le déchaînement des passions sur les réseaux sociaux, la mise en scène de notre vie privée, le partage de notre intimité nous aident-ils vraiment à retrouver notre singularité perdue dans l'univers irrespirable de la quantification de soi et de la marchandisation des expériences ? Parier sur le « Je » offre une autre voie que le narcissisme. Parier sur le « Je », c'est accepter de miser sur la parole et le langage, c'est continuer de croire avec Freud et Lacan dans les messages de nos rêves et de nos cauchemars, c'est ne pas suturer la dimension de l'inconscient. Parier sur le « Je », c'est faire une traversée : la traversée des identités.

Clotilde Leguil est psychanalyste et philosophe. Elle est membre de l'École de la cause freudienne et de l'Asso­ciation mondiale de psychanalyse, agrégée de philosophie et ancienne élève de l'ENS de Fontenay-Saint-Cloud. Elle est professeur au département de psychanalyse de l'université Paris 8-Saint-Denis et l'auteur de plusieurs ouvrages dont, aux Puf, L'être et le genre, Homme/Femme après Lacan et In Treatment. Lost in therapy.

acheter ce livre

lundi 8 janvier 2018

Mètis n°15, 2017 : Soigner par les lettres. La bibliothérapie des Anciens

Editions de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales - Novembre 2017)


Il est bien connu que les textes et leur méditation sont une thérapie pour l’âme. Dans l’Antiquité, les médecins grecs et romains ont même considéré la lecture, la déclamation ou la création poétique comme des remèdes pour soigner les maladies du corps.
Ce dossier de Mètis explore l’aspect paradoxal de ces conceptions anciennes qui lient la santé du corps à des activités littéraires et présupposent une physiologie de la lecture et de l’écriture. Il questionne cette forme de « bibliothérapie » cultivée par l’élite dans le monde gréco-romain, à travers les exemples de l’épistolographie (Cicéron), de la rhétorique (Aelius Théon, Aelius Aristide) et de la médecine (Aristote, Antylle, Oribase). 
Le dossier cartographie ces pratiques et conceptions de l’Antiquité pour nourrir les réflexions contemporaines sur la bibliothérapie, les potentialités perdues du littéraire ou la médecine holistique. 

Sommaire

Dossier : Soigner par les lettres 
Antoine Pietrobelli – Soigner par les lettres. La bibliothérapie des Anciens 
Emmanuelle Valette – Cura ut valeas. Les liens entre santé et épistolarité dans la correspondance de Cicéron 
Pierre Chiron – Le corps dans la tradition grecque. Des exercices préparatoires de rhétorique 
Georgia Petridou – Poésie pour l’esprit, rhétorique pour le corps. Remèdes littéraires et cautions épistolaires dans les Hieroi logoi d’Aelius Aristide 
Antoine Pietrobelli – Déclamer pour soigner son corps. L’anaphonèse chez Antylle et Oribase 
Virginie Leroux – Les effets soporifiques de la parole et de la lecture 
Varia 
Thomas Galoppin – Le petit chien guérisseur. Le soin par contact ? 
Elena Franchi – Migration in Greek Origin Stories and Oracular Tales. The Phocian Ghost Soldiers Revisited 
Philippe Lafargue – Le pais amphithalês. L’autre enfant d’Athéna 
Fernando Notario – Las delicias de la hegemonía. Metáforas sobre el alimento y el poder político en la Atenas clásica 
Rocco Marseglia – A proposito del personaggio di Teonoe nell’Elena di Euripide 
Graham Cuvelier – L’enquête sur le fragment apulien Kiev 147 a 
Létitia Mouze – Hésiode versus Homère. Les Travaux et les Jours toile de fond des Lois de Platon 
Pierre Ellinger – Le sceptre d’Agamemnon à Chéronée. Pausanias et la justice dans l’histoire 
Aurélien Gros – Penser sans arrêter le temps. Le concept de fonction psychologique chez Jean-Pierre Vernant 
Claude Calame – À propos des pratiques divinatoires et de la « raison des signes » en Grèce classique

acheter ce livre

dimanche 7 janvier 2018

Le Coq-héron 2017/4 (N° 231) : Nos théories des origines. Nos Romans du futur

Erès - Janvier 2017


Dans nos romans de l’origine, théorie et fiction se fécondent mutuellement, se développent de concert, se confondent, et se confrontent. La théorie originelle n’est-elle pas ce tout premier roman que la psyché se forge à propos de l’origine sexuelle du monde, de celle des bébés et de son origine propre ? D’emblée avec le transfert, l’Inconscient ne vient-il pas se faire entendre en suivant les chemins de traverse de la fiction ? La psychanalyse, méthode d’exploration de la subjectivité consciente et inconsciente, qui touche à la fois temporalité et spatialité de chacun, peut-elle être regardée comme une science et une fiction ? Vécue en effet en continu dans l’actuel, le passé et le futur, l’expérience de la temporalité y est simultanément triple ; parfois le sujet se vit présent, se souvient et désire, mais pourtant il n’est pas plus ici que là, car les trois temps interagissent entre eux en permanence. Ensemble analyste et analysant explorent ainsi la mémoire d’un désir infantile d’à-venir : une mémoire du futur du sujet. L’écriture de la fiction, du roman, entre théorie et fiction, peut aussi venir chez l’écrivain, faire de même résonner tout à la fois le roman de l’origine avec son ad-venir.

Page 7 à 13 : Mireille Fognini - Il était une fois avant-hier, aujourd’hui, après-demain | Page 14 à 16 : Pascal Herlem, Olivier Paccoud - Introduction | Page 17 à 26 : Anne-Marie Garat - Sources | Page 27 à 33 : Edmundo Gómez Mango - Poétique du récit de Jean-Bertrand Pontalis | Page 34 à 40 : Christian Vasseur - Montaigne et moi | Page 41 à 51 : Jacques Dufour - Le tiers énigmatique créateur | Page 52 à 57 : Nathalène Isnard-Davezac - Rien n’est réel, tout est vrai | Page 58 à 62 : Robert Dubanchet - Le présent vieilli et l’inconscient du futur | Page 63 à 74 : Anne Alombert - Pe/anser l’avenir des sociétés automatiques : la question de la « néguanthropologie » chez Bernard Stiegler | Page 75 à 79 : Alain Roquejoffre - Science-fiction et psychanalyse | Page 80 à 86 : Jean-Louis Serverin - Philip K. Dick : l’écriture ou la mort... | Page 87 à 94 : Françoise Davoine - Tremblements de Temps dans la littérature et la psychanalysede la folie et du trauma | Page 95 à 105 : Pierre-Henri Castel - La pulsion de mort vient du futur | Page 106 à 109 : Ugo Bellagamba - « Quarte Essence » | Page 110 à 122 : Sophie Mariani-Rousset - Les fantômes du mazzérisme | Page 123 à 133 : Thomas Rabeyron, Anissa Abchiche - Des processus psychiques en consultations de voyance | Page 134 à 137 : Max Guedj - Un rêve | Page 138 à 141 : Sabine Fos Falque - Allongée là, dans un champ de seigle | Page 142 à 145 : Patrick Cady - Le testament de Léonard | Page 146 à 153 : Lucia Bley, Lucia Bley - « A-te-lier d’écriture » | Page 154 à 163 : Magdalena Marciniak - Un rapport indécis et ludique de Roland Barthes envers la psychanalyse | Page 164 à 167 : - Lectures.

acheter ce livre

vendredi 5 janvier 2018

Annuel 2018 de l'APF : L'enfant de la psychanalyse. Retour sur l'angoisse

PUF - janvier 2018 - Association psychanalytique de France


Page 7 à 8 : - Introduction | Page 11 à 12 : Jacques André - L’enfant de la psychanalyse | Page 13 à 16 : Jean-Michel Lévy - Un enfant en questions | Page 17 à 34 : Michel Gribinski - Post-éducation | Page 35 à 42 : Jean-Claude Rolland - Enfance et douleur | Page 43 à 58 : Dominique Suchet - Encore sauvage ou la force du sexuel infantile | Page 59 à 70 : Edmundo Gómez Mango - Le secret de l’étreinte | Page 71 à 86 : Bernard Golse - À propos des dépressions maternelles | Page 87 à 96 : Kostas Nassikas - L’intersubjectif et l’intrapsychique | Page 97 à 114 : Anna Freud - Survie et développement d’un groupe d’enfants : une expérience bien particulière | Page 117 à 122 : Catherine Chabert - Pour commencer… | Page 123 à 140 : Josef Ludin - « Erwartungsangst », l’angoisse d’attente | Page 141 à 158 : Françoise Neau - Angoisse de transfert, angoisse dans le transfert ? | Page 159 à 178 : Leopoldo Bleger - Une pensée à haute voix | Page 179 à 197 : Georges Favez - Un rendez-vous avec l'angoisse.

acheter ce livre

jeudi 4 janvier 2018

Cahiers de PréAut 2017/1 (N° 14) : Approches plurielles des autismes - II

Erès - Janvier 2018



Les troubles du spectre autistique regroupent actuellement un ensemble très hétérogène de formes d’autisme allant du simple retrait, voire du trait de « caractère », au handicap sévère. Ce vaste champ de l’autisme associe un très grand nombre de praticiens et de chercheurs dans tous les domaines de la science et de l’humain (neurologie, neurophysiologie, neurosciences, neuro-biologie, génétique, épigénétique, études des comportements, psychologie, cognition, psychanalyse). Mais leurs contributions restent encore très modestes et imparfaites au regard de l’immense complexité du problème. Ce numéro poursuit l’objectif d’intégrer cette diversité comme un progrès, de ne pas rejeter ou opposer une théorie à une autre, une pratique à une autre, et de surtout sortir des oppositions idéologiques. Il présente des études dans le champ de l’accompagnement pédagogique, la création artistique, sur l’utilisation des supports vidéos, les écrans étant très souvent, et pas toujours à bon escient, des grands compagnons des enfants autistes. Des témoignages de pratiques variées avec des patients autistes, des travaux venus du Brésil et de Belgique, apportent observations cliniques et matière à réflexion.

acheter ce livre

mercredi 3 janvier 2018

Albert Ciccone (dir.) : Aux frontières de la psychanalyse. Soin psychiques et transdisciplinarité

Dunod - Janvier 2018 - Collection : Inconscient et Culture


Qu’est-ce qui dans le traitement psychanalytique a des effets de soin ? Deux idées fondamentales sont défendues. La première consiste à dire que la psychanalyse se doit d’être ouverte : aux disciplines connexes qui la « bordent », aux discours autres qui l’interrogent, aux pratiques qui parfois s’y réfèrent mais qui souvent la questionnent. Elle doit accepter et soutenir la contradiction. C’est une condition pour sa survie. La seconde idée est que la marge n’est pas « marginale », mais essentielle. C’est le lieu primordial du soin. Une telle considération ouvre aux dimensions interdisciplinaires et transdisciplinaires, qui seront particulièrement explorées. Cet ouvrage présente une approche psychanalytique mise au service de sujets, de contextes, de problématiques très variées, par des praticiens chevronnés convaincus que la psychanalyse est vivante et utile à tous, notamment à tous ceux qui ne pourront jamais bénéficier des dispositifs classiques. L’ensemble des travaux des co-auteurs s’appuie en particulier et entre autres sur les conceptions de René Kaës, depuis celles relatives aux « formations intermédiaires » jusqu’à celles démontrant la nécessité d’une « extension de la psychanalyse ».

Albert Ciccone est professeur de psychopathologie et psychologie clinique à l'université Lyon 2, psychologue et psychanalyste.

acheter ce livre