jeudi 8 février 2018

Livio BONI et Guillaume SIBERTIN-BLANC : La ville inconsciente

Hermann - Février 2018


La ville serait structurée comme un langage et comporterait donc, tel le psychisme, une dimension inconsciente. C'est l'hypothèse et le parti pris de ce livre, qui rendent possible une nouvelle description d’une série d'appareillages génériques de la Chose urbaine – telles la toponymie, la perspective ou la monumentalité – et de leurs dysfonctionnements, lorsque ces mêmes dispositifs sont pris dans un délire à ciel ouvert. Apparaît alors un certain envers de la machine urbaine, et le sujet reprend ses droits sur un processus qui semblait l'homologuer. Le symptôme délirant, saisi à travers des figures esthétiques et littéraires, permet de prendre la mesure des points de butée des savoirs censés rendre compte du phénomène urbain. En convoquant la psychanalyse, ce texte entend proposer une anthropologie élargie de l'urbain, non en fournissant un discours sur la ville, mais en introduisant un moment de trouble dans les discours qui l'investissent.

Livio Boni, docteur en psychopathologie et psychanalyse. Il est notamment l'auteur de L'Inde de la psychanalyse(2011) et Freud et la question archéologique (2014), et a récemment coordonné, avec Marine Carrin, le volume Villes post-coloniales en Inde (2017).
Guillaume Sibertin-Blanc, professeur de philosophie contemporaine à l'université de Paris 8 Saint-Denis, est codirecteur de la revue Actuel Marx. Parmi ses publications, citons :Deleuze et l'Anti-Oedipe. La production du désir (2010) et Politique et État chez Deleuze et Guattari (2013).

acheter ce livre

Aucun commentaire: