mercredi 18 avril 2018

Jacques André : L'inconscient est politiquement incorrect

Stock - Avril 2018 - Essais - Documents


À l’heure du « développement personnel », du « bonheur en vingt leçons » et du devoir de « positiver », la force de la psychanalyse est de ne pas sous-estimer la violence de la vie psychique. Derrière la façade des vies « comme il faut », la folie privée est la chose du monde la mieux partagée.
Ce livre, à travers des instantanés de séances, cherche à faire entendre la parole souvent dérangeante, et en dépit du bon sens, de l’inconscient. Le bouleversement des anciennes rigidités familiales, les nouvelles libertés du choix sexuel ont le « mérite » de révéler mieux que jamais l’âpreté de la relation homme-femme, l’expérience à la fois éprouvante et passionnante de leur altérité.
Les « vérités » de la psychanalyse ne sont pas toujours bonnes à entendre – l’inconscient ignore le « politiquement correct » –, mais au moins elles ne font pas l’impasse sur la complexité des vies intérieures.

Jacques André est un psychanalyste et universitaire français. Il est l’auteur, entre autres, de La Sexualité féminine (PUF, 1994), Les 100 mots de la psychanalyse (PUF,
2009), La Sexualité masculine (PUF, 2013), Paroles d’hommes (Gallimard, 2012) et Psychanalyse, vie quotidienne (Stock, 2015).

acheter ce livre

lundi 16 avril 2018

Moustapha Safouan : La civilisation post-oedipidienne

Hermann - Avril 2018


La première affirmation de ce livre est que, loin de se confronter aux choses telles qu’elles sont en elles-mêmes, les êtres humains ont toujours vécu dans un monde déjà habité par le langage, donc culturellement institutionnalisé. Ajoutée aux effets du narcissicisme et y remédiant, cette prise dans le langage subvertit si radicalement le statut biologique du sujet parlant qu’elle substitue au caractère naturel du lien entre le besoin et son objet, le concept d’un choix d’objet. 
Dans son ensemble, ce livre est le récit de la saga qui va de l’instauration de l’Oedipe comme initiation du particulier à l’universel jusqu’à sa dégradation comme complexe psycho-pathologique, sans oublier sa disparition même depuis la prise du pouvoir politique par le néolibéralisme dans les pays anglophones au bénéfice d’une sexualité hédoniste dans une société de marché. 

Moustapha Safouan est psychanalyste, il a été l'un des premiers à suivre l’enseignement de Lacan, dès ses débuts en 1951, et est l'auteur de nombreux livres, dont : Questions psychanalytiques, Regard sur la civilisation œdipienne et Le puit de la vérité.

acheter ce livre

Jacques-alain Miller (dir.) : La psychose ordinaire - La convention d'Antibes

Navarin - Avril 2018 - Collection : Collection du paon


Dans l'histoire de la psychanalyse, on s'est intéressé tout naturellement à la psychose extraordinaire, à un Schreber, alors que ce volume présente des psychotiques plus modestes, qui se fondent dans la moyenne : la psychose compensée, la psychose supplémentée, la psychose non-déclenchée, la psychose médiquée, la psychose en thérapie, la psychose en analyse, la psychose qui évolue, la psychose sinthomée. 
Le psychotique franc comme le normal sont des variations du parlêtre. Le psychotique n'est pas une exception, et le normal n'en est pas une non plus. Tous égaux devant la jouissance, tous égaux devant la mort. On distingue, non pas des classes, mais des modes. 
Si l'Autre existe, on peut trancher par oui-ou-non, il y a des critères, des " répartitoires ". Mais quand l'Autre n'existe pas, on est dans le plus-ou-moins. Quelle est la vérité des choses humaines ? Où qu'on aille, où qu'on soit, le réel se présente sous la forme de la courbe de Gauss. 
Le certain est très rare. Puis, il y a le " sûr mais pas certain " : on sait que c'est comme ça, mais on ne peut pas le démontrer. Enfin, il y a le " pas sûr ". Nous travaillons dans le pas sûr. " Ce n'est pas sûr ", c'est la réplique universelle. On est presque toujours dans l'à-peu-près. 
S'il existe des lieux comme la Croisette, la Promenade des Anglais à Nice, les Planches de Deauville, notre Convention, c'est que la pensée est condamnée à l'approximation, à la conversation. Évidemment, il ne faut pas en faire ses délices. C'est justement parce que nous sommes dans la pratique condamnés à la pensée approximative, qu'il nous faut maintenir notre postulation vers le mathème.

SOMMAIRE

Préface

I. – LES TEXTES

LE NÉO-DÉCLENCHEMENT
Aix-Marseille, Nice, Branchements, débranchements, rebranchements
Clermont-Ferrand, Dijon, Lyon, Clinique du suspens
Lille, Recherches sur le début de la psychose

LA NÉO-CONVERSION
Bordeaux, Usages du corps et symptômes
Chauny-Prémontré, Rouen, Phénomènes de corps et structures
Nantes, Rennes, Phénomènes corporels chez des patients masculins

LE NÉO-TRANSFERT
Angers, Lalangue du transfert dans les psychoses
Bruxelles, Le transfert et psychose aux limites
Toulouse, Le psychanalyste comme aide contre

Les auteurs

II. –LA CONVENTION

OUVERTURE
1 –Triptyque
2 –La Convention mode d'emploi
3 –Clinique floue

DU PATHOLOGIQUE AU NORMAL
4 –Troubles du langage
5 –Jouir du langage
6 –La pfuït ! du sens
7 –Continuité-discontinuité
8 –Psychoses chêne et roseau

DE L'OPÉRA AU THÉÂTRE DE POCHE
9 –Le désir est son masque
10 –Des phénomènes d'ordre métonymique
11 –Invention sur mesure et prêt-à-porter
12 –Conversion du signifiant et localisation de la libido
13 –Conversion du symbolique au réel
14 –La béance mortifère
15 –Corps, chair, cadavre

DU PSYCHOTIQUE À L'ANALYSTE
16 –Du savoir supposé à lalangue exposée
17 –La langue et le lien social
18 –Décomposition spectrale du langage
19 –Word and Object
20 –Langue publique et langue privée
21 –Comment le sujet psychotique peut-il se servir de nous ?
22 –Les conditions de la conversation avec un psychotique

acheter ce livre

jeudi 12 avril 2018

Jean-Daniel Causse : Lacan et le christianisme

Campagne Première - Avril 2018


Cet ouvrage se propose d'aborder la question du christianisme que Lacan saisit, hors de toute adhésion confessionnelle, comme un fait de langage majeur. Lacan s'intéresse moins au contenu religieux du christianisme qu'à sa structure fondamentale. De ce point de vue, saint Augustin et la pensée augustinienne ne cessent de l'inspirer tout au long de son enseignement. L'ouvrage met en lumière les ressorts de l'interprétation critique que Lacan propose de différents motifs du christianisme : la mort de Dieu et de l'athéisme, la foi et la croyance, l'amour et la jouissance, le péché et la grâce, etc. 
Un point intéresse particulièrement la psychanalyse : le christianisme a élaboré une théorie de l'excès ou du surcroît qui accorde une valeur particulière à une singularité a?normative. Ici se pose le problème de la vérité. Même si c'est dans une perspective bien différente, Lacan en a fait à son tour une question qui est au coeur de l'acte analytique.

acheter ce livre

mercredi 11 avril 2018

L'information psychiatrique 2018/3 (Volume 94) : Cliniques Risques Traumas (1/2)

John Libbey Eurotext - Avril 2018


Page 167 : Thierry Trémine - Psychoses émergentes : patients are back | Page 169 à 175 : Antoine Barrière - Impacts traumatiques aigus et chroniques des troubles schizophréniques sur les aidants familiaux | Page 176 à 182 : Olivier Fossard, Samia Lahya, Annabelle Montagne, Celine Duban, Florence Pellegrin, Madeline Boudet, Nathalie Delon, Alice Lavaud Laplagne - Exposition psychotraumatique en psychiatrie adulte (EPPA-I) | Page 183 à 188 : Julien Guidi, Jean-Paul Sigaud, Florence Guiot - Étude rétrospective concernant les mineurs hospitalisés en psychiatrie adulte | Page 189 à 193 : Marie Clarot-Langlois, Pierre Legrand - Le handicap psychique post-traumatique au regard de la psychanalyse | Page 195 à 202 : Natalie Giloux - Interroger les mesures coercitives en psychiatrie | Page 203 à 209 : Jean Filmont - Isolements : le ricochet et le pavé dans la mare | Page 211 à 215 : Aribi Lobna, Smaoui Najeh, Charfedddine Fadwa, Mseddi Neila, Amami Othman - Manifestations psychiatriques révélatrices de la maladie de Huntington : à propos d’un cas | Page 216 : Henri Vermorel - Éditorial | Page 217 à 221 : Laurent Lecardeur, Sophie Meunier-Cussac - Intervention dans les phases précoces de la psychose au centre hospitalier universitaire de Caen | Page 223 à 225 : Eduardo Mahieu - Bibliothèque du psychiatre | Page 226 : Thierry Trémine - Analyse de livre | Page 227 à 229 : - Sélection de livres | Page 230 à 231 : Sophie Cervello, Alain Bouvarel - Analyse de film | Page 232 à 234 : - Agenda.

acheter ce livre

samedi 7 avril 2018

Essaim 2018/1 (n°40) : La règle fondamentale

Erès - Avril 2018


La « règle fondamentale », édictée par Freud, comporte deux versants, l’un concernant l’analysant, la loi de non-omission, l’autre, sa contrepartie concernant l’analyste, l’attention également en suspens (dite parfois attention flottante).
Cette règle est au fondement de la pratique analytique et elle la distingue de celle de la psychothérapie. En favorisant la surprise de l’inconscient et « l’équivalence matérielle » du signifiant, elle accointe la psychanalyse à la science.
L’apparente simplicité de cette règle cache en vérité une grande complexité. Si elle peut être mise au rang de règle technique, c’est dans la mesure où le savoir-faire pour l’exercer confine à l’art. D’autre part, elle comporte une dimension éthique en impliquant une suspension du jugement allant jusqu’à l’exigence qui s’en déduit de considérer la singularité de chaque cas indépendamment de l’expérience acquise.
Quelles difficultés rencontre-t-on dans son application lors de la pratique analytique, tant du côté analysant qu’analyste ? À quels fondements théoriques répond-elle ? Comment s’énonce-t-elle et se transmet-elle ? Quels sont ses enjeux ? Quels effets comporte-t-elle sur les avancées de l’analyse ?

Page 5 : - La règle fondamentale | Page 7 à 21 : Erik Porge - De la technique analytique à la sublimation | Page 23 à 32 : Marie-Claude Lambotte - La règle fondamentale est un acte | Page 33 à 38 : Colette Soler - S’associer à son inconscient | Page 39 à 40 : Christian Simatos - Règle, usage, mésusage | Page 41 à 47 : Dominique Texier - La règle fondamentale : l’outil de forage vers le réel | Page 49 à 57 : Gérard Guillerault - Règle fondamentale : libre propos | Page 59 à 70 : Christian Fierens - Manque d’identité. Procès de l’identification | Page 71 à 81 : Jean-Louis Sous - Nicolas de Staël, le réel, absolument | Page 83 à 95 : Michel Constantopoulos - La sophistique et ses enjeux pour la psychanalyse | Page 97 à 106 : Aboubacar Barry - Clinique de l’exil : de la nostalgie du migrant | Page 107 à 130 : Thierry Longé - Présentation de la conférence d’Ernst Simmel. « Le traitement psychanalytique en clinique » | Page 131 à 148 : Ernst Simmel, Thierry Longé - Le traitement psychanalytique en clinique | Page 149 à 154 : Michel Plon - Francis Hofstein, La passe de Lacan.

acheter ce livre

vendredi 6 avril 2018

Marc-Léopold Lévy : ECLATS DE JOUISSANCE. Ethique et psychanalyse

ERES - Avril 2018 - Collection : Point hors ligne


Livre d’étude sur les divers aspects de la jouissance en psychanalyse, de l’éthique y afférant et de ses liens avec la pensée juive. Dans ce livre, l’auteur s’attache à développer certains aspects de la jouissance en tenant compte des lieux du corps, corps de soi ou corps de l’autre où celle-ci opère. Cette répartition est en lien avec ce que, passivement ou activement, le vivant-parlant désire recevoir de l’autre ou lui faire subir. Tenir compte réellement des éclats de jouissance dans leurs diverses modalités relève d’une éthique qui servira au psychanalyste à régler son acte afin d’obtenir un gain thérapeutique en coupant dans la jouissance du patient, toujours en excès, pour qu’il puisse accéder au désir qui le constitue.

Marc-Léopold Lévy est psychanalyste, directeur de l’EPL (École de Psychanalyse Laïque), membre du Cercle Freudien, de l’APM (Association Psychanalyse et Médecine), de la FEP (Fédération Européenne de Psychanalyse). Il a publié Critique de la jouissance comme une (érès, 2003). Textes annotés par Anne-Marie Picard, professeure de littérature française et de psychanalyse à The American University of Paris.

acheter ce livre

Lydia Flem : La vie quotidienne de Freud et de ses patients

Le Seuil - Avril 2018


"Lors de sa parution en 1986, le livre de Lydia Flem avait rencontré une large audience. C'était le premier ouvrage d'une jeune femme qui arrivait sur une scène où se bousculaient tant de figures de la psychanalyse en France. Sa venue avait néanmoins retenu l'attention de ceux qui espéraient un renouvellement du langage psychanalytique.
Lydia Flem entreprenait non pas " un retour à Freud " mais un cheminement avec lui, à travers un style qui, en un sens, traduit en écriture le geste sensible de Freud prenant l'auteure par le bras dans un rêve qui présage le livre et qu'on lit en ouverture.
Dans son ouvrage l'auteure choisit de souligner l'importance de ce que Freud veut dire par " cristallisation des expériences de la vie quotidienne " en adoptant une démarche qui allie histoire et littérature. Car c'est dans son écriture que Lydia Flem éclaire l'entrelacement du sensible et de l'abstrait qui sont au principe de l'élaboration du quotidien comme concept freudien. Lorsque l'écriture n'est pas qu'un moyen, mais le lieu d'une expérience, comme dans le cas présent, elle produit l'écrivain, plus exactement cette sorte d'écrivain qui conduit son lecteur à éprouver le passé comme un présent vivant, parce qu'il a engrangé ce que le savoir historique du moment a établi en le traduisant dans un récit et dans un style.
On mesure, dans un après-coup de trente ans, combien ce premier livre d'une jeune auteure (elle avait trente-trois ans) a creusé un sillon dans lequel furent semés d'autres livres dont le quotidien est au cœur du récit, en pensant à Comment j'ai vidé la maison de mes parents (2004), ou bien à La Reine Alice (2011)."
Fethi Benslama

Lydia Flem est l'auteur d'une douzaine de livres traduits en une vingtaine de langues. Membre de l'Académie royale de Belgique, elle est également psychanalyste et photographe. Elle a notamment publié, dans "La Librairie du XXIe siècle", Comment j'ai vidé la maison de mes parents, Lettres d'amour en héritage, Comment je me suis séparée de ma fille et de mon quasi-fils, La Reine Alice et Je me souviens de l'imperméable rouge que je portais l'été de mes vingt ans.

Fethi Benslama, auteur de la préface inédite, est membre de l'Académie tunisienne, psychanalyste, professeur de psychopathologie clinique à l'université Paris-Diderot. Il a publié au Seuil, Un furieux désir de sacrifice. Le surmusulman (2016) et, avec Farhad Khosrokhavar, Le Jihadisme des femmes. Pourquoi ont-elles choisi Daech ? (2017).

acheter ce livre