mardi 14 août 2018

CHIANTARETTO Jean-François, MATHA Catherine, NEAU Françoise (dir.) : L'écriture du psychanalyste

Hermann - Juillet 2018



Les psychanalystes écrivent, du moins certains d’entre eux. Mais en quoi l’écriture les concerne-t-ils et les implique-t-ils spécifiquement ? La question vaut d’autant plus aujourd’hui, et sans doute davantage en France et dans l’aire francophone, que le recours à l’écriture chez les analystes connaît une diversification sans précédent de ses formes. Peut-être qu’en parallèle avec un certain abandon du modèle de l’application de la psychanalyse à la littérature, les psychanalystes seraient non seulement de plus en plus nombreux à écrire, mais aussi de plus en plus nombreux à chercher leur écriture : à chercher leur écriture en expérimentant de nouvelles modalités de croisements entre écriture autoréférentielle et écriture fictionnelle. L’enjeu est d’échapper à l’alternative, encore dominante : soit l’entrecroisement du témoignage clinique et de l’essai, soit l’adoption des formes littéraires consacrées, comme le roman ou la nouvelle. 
Sont ainsi conviés à penser, ensemble et séparément, des psychanalystes de divers styles et de différents courants, mais aussi des écrivains et des spécialistes du texte littéraire.

acheter ce livre

lundi 13 août 2018

Jean-Louis Henrion : La cause du désir. De Lacan à Platon

Campagne Première - Août 2018


La référence à Platon, et au-delà à Socrate et aux présocratiques, semble incontournable tant à Sigmund Freud qu’à Jacques Lacan. Dans sa lecture du Banquet, Lacan définit l’agalma comme la cause du désir d’Alcibiade pour Socrate, et comme l’objet dans le transfert. Ainsi Socrate, analyste avant l’heure, met en lumière les ressorts du transfert et, par l’énigme de son désir, interroge le désir de l’analyste et, plus encore, le passage de l’analysant à l’analyste.
Jean-Louis Henrion livre une étude fine et précise des séminaires du psychanalyste français comme des textes du philosophe grec. Il souligne combien Lacan fait une lecture brillante de Platon, une lecture avec ses impasses, ses contresens, mais aussi ses fulgurances géniales : du transfert est ici en jeu.

Jean-Louis Henrion, psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, est docteur en psychopathologie fondamentale et psychanalyse. Ses recherches portent sur le transfert et la transmission de la psychanalyse.

acheter ce livre

mercredi 8 août 2018

Psychanalyse YETU 2018/2 (n° 42) : Rectification subjective

Erès - Juillet 2018


Page 5 à 19 : Juan Gabriel Vásquez - « Le corps des ruines » | Page 21 à 34 : Ramón Menéndez - Ce qui de Brentano reste chez Freud | Page 35 à 50 : Emmanuel Lehoux - Rectification subjective | Page 51 à 81 : Marie-Claire Terrier - La couleur des choses Freud sur l’Acropole | Page 83 à 97 : Nicolas Guérin - Non-identification | Page 99 à 112 : Marie-Jean Sauret - L’identification : entre aliénation et séparation | Page 113 à 120 : - Hommage à Serge Cottet | Page 121 à 138 : Jacques Podlejski - Re-passage, à deux voix | Page 139 à 151 : Juan Pablo Lucchelli - Lacan, Horkheimer et le déclin du père | Page 153 à 166 : Luminitza Claudepierre Tigirlas - Exécution au silensophone selon Luca | Page 167 à 180 : Fabienne Guillen - Symptôme et sinthome. 6e partie. Lacan, 1955-1957 | Page 181 à 189 : Pierre Bruno - Décoffrage | Page 191 à 196 : - Hommage à Guy-Félix Duportail | Page 197 : - Y etu.

acheter ce livre