lundi 22 octobre 2018

Fabrice Bourlez : Queer psychanalyse. Clinique mineure et déconstructions du genre

Hermann - Octobre 2018


La visée des théories queer est éthique : rendre un plus grand nombre de vies vivables. À l’heure du triomphe des thérapies cognitivo-comportementalistes et des transformations profondes de la famille, les psychanalystes peuvent-ils se servir de ces avancées pour réinventer une clinique après l’Œdipe ? Poser cette question, c’est se demander en quoi et pourquoi le travail de Judith Butler, Eve Kosofsky Sedgwick, Paul B. Preciado et d’une multitude d’autres théoriciennes et théoriciens, dé-fait la psychanalyse. C’est s’offrir des pistes concrètes pour revenir sur des formules et des évidences cliniques parfois trop vite tenues pour acquises. C’est resituer la praxis analytique à la croisée de la théorie et du politique. En retour, c’est mettre les concepts des queer face à la tâche impossible qui anime l’analyste, les confronter au réel singulier qui prévaut dans chaque cure. Il ne s’agit donc pas de transformer la pratique en philosophie ou de faire des dé-constructions du genre une clinique, mais de démontrer l’utilité de l’une et l’acuité de l’autre pour rencontrer les minorités en tous genres.

acheter ce livre

vendredi 19 octobre 2018

Laurie Laufer (dir.) : Lettres à Lacan

Thierry Marchaisse Editions - Novembre 2018


Où en est la psychanalyse aujourd'hui ? Ces lettres dessinent un état du champ freudien inséparable, pour le meilleur comme pour le pire, de « l'effet Lacan » et des retombées de son enseignement, en France autant qu'à l'étranger. Elles sont signées de psychanalystes (élèves ou détrac­teurs), dont des proches de la première heure, mais aussi de personnalités scientifiques ou artistiques venues d'autres horizons.
On peut y voir une forme inattendue de manifeste, une relance du gai savoir lacanien, qui s'autorisait toutes les formes de propos et d'arguments pro et contra, des plus loufoques aux plus sérieux, des plus littéraires aux plus théoriques.

LAURIE LAUFER est psychanalyste, professeure à l'Université Paris-Diderot et directrice du Centre de recherche psychanalyse, médecine et société (CRPMS).

AUTEURS : Jean ALLOUCH, Paul AUDI, Jorge BAInOS ORELLANA, Fethi BENSLAMA, Daniel BORRILLO, Danièle BRUN, Chloé DELAUME, Christian DUNKER, Éric FASSIN, Frédéric GROS, Lewis KlRSHNER, Etienne KLEIN, Gloria LEFF, Guy LE GAUFEY, Lucrèce LUCIANI, Paola MlELI, Bertrand OGILVIE, Anne ONIME, Barbara OSOROVITZ, Jacques ROUBAUD, Moustapha SAFOUAN, Jacques SÉDAT, Daniel SIBONY, Christian SiMATOS, Marie-Claude THOMAS, Alain VANIER, Catherine VANIER, Mayette VlLTARD, Anonyme.

acheter ce livre

Sarah Chiche : Une histoire érotique de la psychanalyse. De la nourrice de Freud aux amants d'aujourd'hui

Payot - Octobre 2018


Sans les femmes, il n'y aurait pas de psychanalyse. Elles en sont le moteur dès le début, comme inspiratrices, mais aussi comme créatrices et théoriciennes. Tel est le fil rouge de ce livre qui raconte, en cinquante-trois histoires, du temps de Freud à nos jours, la relation de la psychanalyse - et donc la nôtre - au sexe, à l'amour et à la liberté. Comment se réinventer après un chagrin d'amour, comme le fit Anna O. ? Que faire quand, comme Anna Freud, nos parents ne comprennent rien à notre orientation sexuelle ? En quoi la vie de Lou Andreas-Salomé nous indique ce qu'est l'indépendance affective ? Comment réagir quand, comme Sabina Spielrein, la jalousie nous décompose ? Pourquoi acceptons-nous parfois que la personne qu'on aime en aime une autre sans cesser pourtant de nous aimer, comme le firent Virginia Woolf et les membres du groupe de Bloomsbury ? Peut-on rester sur le divan de la personne avec qui l'on vit une histoire d'amour, comme le fit Catherine Mulot avec Jacques Lacan ? Et plus largement, la psychanalyse peut-elle encore nous aider, aujourd'hui, dans notre vie amoureuse et sexuelle ?

Sarah Chiche est écrivain, psychologue clinicienne et psychanalyste.

acheter ce livre

Jean-Bernard Paturet : La passion aporétique de Sigmund Freud, suivi de A propos d'un labsus de Freud sur le Moïse de Michel-Ange

Lambert Lucat - Juillet 2018


L'épistémologie freudienne dévoile tout au long de l'oeuvre du père de la psychanalyse une aporie entre déterminisme et causalisme d'une part, choix de destinée d'autre part. Freud est conduit, pour la reconnaissance scientifique de sa discipline, à s'inscrire dans les sciences de la nature (Naturwissenschaften) de son époque tandis que sa pratique clinique l'amène chaque jour à déceler la responsabilité de chacun dans son histoire personnelle et l'engagement dans la vie. De la figure du Grand Homme qu'est Moïse, Freud met à mal la toute puissance. Dans Le Moïse de Michel-Ange, un lapsus surgit à l'évidence : la sculpture du pape Jules n'est pas étudiée par le Viennois alors que lui aussi est tombé de son piédestal et déchu de son pouvoir absolu.

Jean-Bernard Paturet est professeur des universités, directeur du département de psychanalyse de l'Université de Montpellier. Développant une lecture psychanalytique des phénomènes sociaux, il s'interroge sur les tragédies du siècle passé et du nôtre, sur la perpétuation d'une culture de soumission (D'une soumission l'autre, Cerf, 2013) et sur l'apparition d'une culture de l'extermination ("Au-delà" de Freud. Une culture de l'extermination, Cerf, 2009) dont la plus contemporaine et la plus horrifiante s'exprime dans le terrorisme islamique et ses fantasmes de reconstruction de l'ancien Califat (Cave Califatum ! Le Califat, un nouveau grand récit totalisant suivi de Le Territoire et l'im-monde, Lambert-Lucas, 2017).

acheter ce livre

La revue lacanienne 2018/1 (N° 19) : Famille je vous aime ? Les complexes familliaux aujourd'hui

Erès - Octobre 2018


« Familles, je vous aime ! » dirions-nous aujourd’hui, en détournant le mot d’André Gide, pour dire combien nous aimons encore tous nos familles en évolution rapide et livrées aux vents du divorce, de la recomposition, de l’homoparentalité et des progrès scientifiques qui consacrent désormais l’enfant comme un dû plutôt que comme un don. Quel devenir pour l’enfant dans ces transformations ?

Il ne suffit pas de souligner qu’avec le déclin du Nom du Père, la fonction paternelle au sein de la famille est en suspens, comme le laissaient déjà présager Les complexes familiaux de Jacques Lacan dès les années 30. Il convient aussi, sous les auspices de ce texte prémonitoire, d’en mesurer les conséquences pour la relation homme-femme et les enfants dans la clinique, dans le droit et même dans la politique aujourd’hui. C’est ce que fait ce numéro qui a aussi choisi, à travers trois interviews de responsables religieux issus des trois monothéismes, de montrer que si l’assise du Nom du Père se lézarde ou est en train de changer, les références classiques continuent d’opérer dans les différentes confessions. Certes des interrogations se font jour à la lumière des problèmes posés par les familles actuelles chez ceux qui sont supposés garantir la transmission d’un certain ordre symbolique pour leurs communautés respectives.

Et il est étonnant de voir comment la revendication de la fonction paternelle surgit au sein même des familles homoparentales, comme s’il n’était pas si simple d’en finir trop simplement avec cette question.

acheter ce livre

mardi 16 octobre 2018

León Grinberg : Qui a peur du (contre-)transfert ? Psychanalyse Transfert, contre-transfert et contre-identification projective dans la technique analytique

Ithaque - Octobre 2018


Textes réunis, traduits de l’espagnol et présentés par Jean-Michel Assan

Pourquoi le maniement du transfert est-il si difficile ?  Pourquoi rechigne-t-on tant à explorer le contre-transfert ? Freud avait-il raison de nous mettre en garde contre les dangers  “radioactifs” du transfert ?
Ce recueil, constitué de sept essais du grand psychanalyste argentin León Grinberg, offre une réflexion précieuse sur l’un des phénomènes les plus délicats de la technique analytique : le transfert et le contre-transfert. Ces travaux, déjà largement reconnus sur un plan international, sont parus en espagnol ou en anglais dans différentes revues entre 1956 et 1995 ; leur traduction en français est maintenant chose faite. Rédigé dans un langage technique mais facile d’accès, ce livre reprend aussi bien les textes pionniers de l’auteur sur le sujet que des articles de synthèse plus tardifs, suivis d’un texte rétrospectif où Grinberg questionne les fils conducteurs de son parcours de clinicien et de théoricien. Ouvrage indispensable à l’analyste en formation, il ne manquera pas d’intéresser également, pour son importance historique et critique, les analystes les plus aguerris. 

acheter ce livre

lundi 15 octobre 2018

Essaim 2018/2 (n° 41) : De quoi les psychanalystes devraient-ils avoir honte ?

Erès - Octobre 2018


Qu’on le veuille ou non, l’opinion stigmatise la honte. Indice d’une parole muselée et signe de faiblesse, la honte et son corrélat de culpabilité embarrassent ou inhibent quand, dit-on, la parole doit se libérer. Cette parole qu’on veut éhontée fait feu de tout bois sur la place publique. Elle va du commentaire intempestif au témoignage en passant par la dénonciation. Est-elle alors la bonne nouvelle qui annonce l’émancipation exigible de nos sociétés démocratiques ? Lacan, justement, à rebours de la clameur contemporaine, ne condamnait pas la honte. Il en fit même un éloge appuyé quand, dans L’envers de la psychanalyse, il l’opposait au pire, soit à l’impudence, et espérait que si les gens se pressaient aussi nombreux à son séminaire, c’est qu’il parvenait encore un peu à leur faire honte !

acheter ce livre

mercredi 10 octobre 2018

Le Carnet PSY 2018/7 (N° 219) : La consultation psychanalytique en institution : quels transferts ? – Partie 3

Editions Cazaubon - Septembre 2018

Page 1 : Pierre Delion - La psychiatrie va très bien ! et vous ? | Page 12 à 16 : - Bloc-notes | Page 17 : Simone Korff-Sausse - Exposition | Page 18 à 19 : Maurice Corcos - Chapeau | Page 20 à 27 : Alain Gibeault - La fonction médiatrice de l’argent et les enjeux de la cure gratuite en institution | Page 27 à 31 : Éric Flame - La gratuité comme transfert | Page 31 à 34 : Bertrand Colin - Le don comme prix de la gratuité | Page 34 à 37 : Éléana Mylona - Gratuité de soins et enjeux transférentiels. Du rejeton de l’inconscient au jeton symbolique | Page 38 à 41 : Jean-Philippe Roguet - Les théories internes du psychanalyste : entrave ou facilitation du processus ? | Page 42 à 46 : Brigitte Reed-Duvaille - De la place de la théorisation dans le travail clinique psychanalytique en institution (CEJK) | Page 46 à 49 : Stéphane Aron - Du « deuil quant à la perte » au travail de la perte. Le travail psychanalytique avec les étudiants.

acheter ce livre

Guy Le Gaufey : L'effet de sens. Eléments de sémiotique lacanienne

EPEL - Juillet 2018


Pour avoir porté l'accent sur le signifiant, Lacan a-t-il du même pas fondé une nouvelle acception du signe ? On le saura en élucidant le concept d'"effet de sens", présent ici et là dans quelques séminaires, puis en le faisant jouer au travers d'espaces discursifs parfois fort éloignés de l'analyse. Cela, Freud l'a rendu possible, car l'association d'idées va bien au-delà de la relation thérapeutique où elle est censée s'exercer. Guy Le Gaufey poursuit ici son exploration de cette question pour lui première : Freud et Lacan ont-ils en partage le même "objet" ?

acheter ce livre

Gérard Haddad : Ismaël et Isaac. Essai sur la fraternité heureuse

Premier Parallèle - Octobre 2018


Et si le plus grand exemple de fraternité heureuse nous était donné par Ismaël et Isaac, ceux-là mêmes dont les descendants, pris dans le conflit israélo-palestinien, se déchirent aujourd'hui? 
Le nouveau livre du psychanalyste Gérard Haddad.
La Bible regorge de fratricides. À telle enseigne que Gérard Haddad qualifiait, dans Le Complexe de Caïn, son précédent livre, la rivalité fraternelle de " péché originel de la société humaine ", au même titre que le complexe d'Œdipe. 
Mais le mal porte en lui son propre antidote. Cet antidote, c'est l'histoire d'Ismaël et Isaac, dont le père, Abraham, est à la fois considéré comme le père du peuple juif, un aïeul essentiel du christianisme et l'un des prophètes de l'islam. Tout est fait pour opposer les frères l'un à l'autre : Sarah, la mère d'Isaac, n'a-t-elle pas exclu de sa maison Agar, la jeune servante égyptienne avec laquelle son mari a eu Ismaël ? Pourtant, les deux frères vont réussir à coexister pacifiquement, sur le modèle du " bon voisinage ". 
C'est ainsi qu'ironiquement, le plus grand exemple de fraternité heureuse nous est donné par ceux-là mêmes dont les descendants, pris dans le conflit israélo-palestinien, se déchirent aujourd'hui. Restituer le lien fondamental qui unit les enfants d'Abraham, s'opposer à toute exclusion qui rejouerait l'exclusion inaugurale – celle de la prophétesse Agar – voici la condition symbolique au retour d'un dialogue. Pour ce faire, il est à ses yeux nécessaire d'abandonner l'expression " civilisation judéo-chrétienne ", laquelle exclut les musulmans d'une histoire occidentale qui leur doit beaucoup, pour qualifier notre civilisation de " gréco-abrahamique ".

Psychanalyste et essayiste né en Tunisie, Gérard Haddad est l'auteur de nombreux livres ayant trait aux liens entre les religions du livre et l'inconscient. 
C'est après la rencontre avec Jacques Lacan qu'il décide d'abandonner son métier d'ingénieur agronome et de réaliser son rêve enfoui : devenir psychiatre. Il redécouvre ensuite ses origines juives, émigre en Israël où il fait la connaissance du grand rabbin Leibovitz, dont il traduira l'œuvre. Depuis 2015, il poursuit chez Premier Parallèle une réflexion sur les origines psychanalytiques du fanatisme religieux ( Dans la main droite de Dieu), sur la rivalité fraternelle et les fratries terroristes ( Le Complexe de Caïn) qui l'a amené à faire le tour de France. Ismaël et Isaac, dernier maillon de cette trilogie, est une main tendue à l'islam.

acheter ce livre

Vladimir Marinov : Les méfiants

PUF - Octobre 2018 - Collection : Petite bibliothèque de psychanalyse


Pourquoi tenter d'introduire un nouveau concept dans la théorie psychanalytique ? Et s'agit-il vraiment d'un nouveau concept, ou d'une simple notion adossée à un mot du langage courant ? La première raison est clinique. Au fur et à mesure que mon expérience clinique s'enrichissait, j'étais frappé par l'étendue des comportements et des ressentis méfiants. Certains patients paraissent incarner ce symptôme mieux que d'autres, leur vie semblant se " structurer " autour de la méfiance, et la question est alors de savoir pourquoi Louis, Emile et Omar investissent davantage le monde du délire, de l'hallucination et du rêve, tandis que Joëlle, Thomas et Pascale investissent celui des sensations et de l'alimentation. Comment départager la confusion identitaire, la confusion langagière, de la confusion corporelle ? En tant que trait spécifiquement humain, la méfiance est un objet psychanalytique privilégié. 

acheter ce livre

Jean-Jacques Rassial : Manifeste déiste d'un psychanalyste juif

Erès - Octobre 2018 - Point hors ligne


La question de Dieu est relancée, dans le monde contemporain, par les religions et les limites des athéismes. L'auteur développe une conception déiste, donc ni religieuse ni athée, issue du judaïsme, qui serait pertinente pour penser le statut de l'Autre et de l'altérité dans la psychanalyse. L'influence des religions, en particulier sous une forme intégriste voire sectaire, et les limites des athéismes associés à des sociétés totalitaires relancent la question de Dieu dans le monde contemporain. Depuis Freud, "juif infidèle", comme il se définit, jusqu'à Lacan, pour qui la "religion vraie", c'est la catholique, la question de la religion, de la religiosité mais aussi de la fonction psychique et sociale de Dieu traverse la psychanalyse, à partir du fondement de la relation à l'Autre, qu'il soit représenté par la Mère, le Père ou le Maître. La dimension juive de la psychanalyse s'inscrit dans une orientation déiste (un dieu en retrait du monde) en rapport avec la tradition juive et ses conceptions modernes, depuis Spinoza jusqu'à Hans Jonas.

Jean-Jacques Rassial est psychanalyste, membre d'Espace Analytique, et Professeur des universités. Il est l'auteur du Passage adolescent (1996, rééd en poche 2010), Cours traité de pratique psychanalytique (2011), Le sujet en état limite (rééd en poche 2017).

acheter ce livre

vendredi 5 octobre 2018

Paul-Laurent Assoun : L'énigme conjugale. Psychanalyse du mariage

PUF - Septembre 2018


Qu'est-ce que la psychanalyse a à dire sur l'institution séculaire du mariage, régulant l'alliance et les échanges symboliques ? Fantasme de deux sujets de "faire un", avec la bénédiction de l'Autre, par la profération du "oui", signifiant primordial. La théorie freudienne du mariage, plutôt méconnue, ici reconstituée en sa genèse, fournit des indications précieuses sur l'envers inconscient de l'institution conjugale. Surtout, cette anthropologie psychanalytique du mariage et de ses rituels ouvre la voie à une clinique du sujet marié, du choix d'objet conjugal, chez l'homme et la femme "trouvant chaussure à leur pied", au rapport conjugal, lien qui s'institue à l'occasion en ravage. Quel usage le sujet de l'inconscient a-t-il de ce dispositif symbolique nommé "mariage" ? Qu'est-ce que l'état marié change au sujet, qu'y devient le couple ? Quel est finalement l'objet de ce "bien" conjugal, à la fois précaire et âprement désiré ? Pourquoi tant d'unions conjugales se perpétuent-elles coûte que coûte, en un enfer institué, où se démontre, via le "masochisme conjugal", la pulsion de mort au quotidien ? D'où vient néanmoins cette espérance incurable de "bonheur conjugal" ? Le mariage sublimé en "sacrement", virage essentiel de son histoire, renvoie à la question de ce qui est "sacré" pour le sujet, soit l'objet pour le désir, à l'épreuve de la longévité institutionnelle. Ce qui pose la question de la fidélité et de l'adultère et de la posture distincte de l'homme et de la femme en cette "institution-symptôme" qui, au-delà de la convention, révèle son poids de vérité inconsciente.

Paul-Laurent Assoun, professeur émérite à l'Université Paris-7 Sorbonne-Cité, est psychanalyste, auteur d'une quarantaine d'ouvrages dont le Dictionnaire des ceuvres psychanalytiques et Tuer le mort (Puf 2009 et 2015)

acheter ce livre

mardi 2 octobre 2018

Geneviève Morel : Terroristes. Les raisons intimes d'un fléau global

Fayard - Octobre 2018



Pourquoi des jeunes gens, élevés parmi nous, deviennent-ils terroristes ? Geneviève Morel s’appuie sur les rares autobiographies de terroristes modernes : celle de l’anarchiste Émile Henry, auteur du premier attentat de masse à la gare Saint-Lazare (1894), de l’assassin de l’impératrice Sissi (1898), des étudiants américains qui dans les années 1960 posent des bombes contre la guerre du Vietnam, ou celle de la seule femme du commando qui séquestre Aldo Moro à Rome au nom des Brigades rouges (1978) – autant d’itinéraires singuliers qui se lisent comme des romans noirs.
Elle les analyse, à la lumière de son expérience clinique, comme des études de cas qui l’aident à entendre les djihadistes d’aujourd’hui dans le cadre des entretiens psychanalytiques qu’elle mène dans une unité hospitalière réservée aux détenus. L’articulation, à chaque fois unique, d’événements intimes et de rencontres fatales éclaire le mode d’entrée dans le terrorisme et les causes subjectives des passages à l’acte.
Cet ouvrage, qui remet en cause bien des préjugés, fait le pari de repenser la prévention et le suivi des djihadistes dans le contexte subjectif de leur engagement terroriste.

Geneviève Morel est psychanalyste à Paris et à Lille. Ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée de mathématiques, docteur en psychologie et rédactrice en chef de la revue Savoirs et clinique (Erès), elle co-anime un séminaire à l’UHSA de Seclin (CHRU de Lille). Ses recherches portent sur l’ambiguïté sexuelle, le pouvoir des images, le suicide et le crime.

acheter ce livre